Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • : Ce site traite de la question des usages des TIC par les collectivités locales, mais aussi par les individus. En Afrique particulièrement, mais également dans le monde.
  • Contact

Rechercher

Archives

23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 21:50

Le concept de société de l'information se retrouve aujourd'hui au centre de la rhétorique dominante sur un modèle sociétal « nouveau », où les technologies, à la fois parées de toutes les vertus et vouées aux gémonies, sont présentées tantôt comme des outils porteurs d'un avenir radieux, tantôt comme objets de toutes les désillusions[1]. En d'autres termes, la société de l'information se construit sur la base d' « utopies auto-réalisatrices » véhiculées par des « conteurs » et des « doxologues »[2], c'est-à-dire ceux qui, parce qu'ils font peur ou qu'ils réjouissent, en tout cas ceux qui sont médiatiques ou médiatisés, occupent le devant de la scène où l'on discute de l'avènement de la société de l'information. La ville numérique serait-elle alors une de ces notions à la mode dans la conception des enjeux posés par le développement de cette société ? En quoi la ville numérique diffère-t-elle de celle que nous connaissons déjà ? Comment appréhender les bouleversements générés par les TIC au sein de l'espace urbain et les enjeux qu'ils créent pour les pays en développement ?


Bien qu'il soit aujourd'hui possible de trouver sur Internet des prototypes de ville numérique ou plutôt des représentations de lieux urbains du monde réel, il n'existe pas véritablement un consensus suffisamment construit autour de ce concept. Pour certains, ville numérique est une notion suggestive, associée volontiers à l'image de la ville moderne futuriste, largement mise en scène dans les films de science-fiction. Pour d'autres, par contre, le terme n'a aucun sens, dans la mesure où l'invocation d'une cité virtuelle, entièrement transparente, et maillée par des réseaux numériques et autres flux immatériels, relève de l'ordre du sensationnel.


Pourtant, si l'on considère quelques phénomènes nouveaux apparus avec la progression du World Wide Web, et notamment avec le développement du Web 2, on ne peut s'empêcher de penser que le développement de la ville numérique est un processus imminent. Invoquons le phénomène du blog, les forums, les encyclopédies et cartes virtuelles qui sont autant de sources d'information et de vecteurs d'échanges au quotidien. Au centre de toutes ces évolutions, il y a bien sûr l'ordinateur, comparable à l'automobile qui avait rendu l'accélération omniprésente, tout en redéfinissant le rapport des hommes au monde. Aujourd'hui, l'ordinateur reconstruit de nombreux aspects de notre expérience physique ainsi que de notre perception du monde : nous vivons dans un monde dans lequel les échelles sont devenues floues, un monde « zoomable », dont les formes sont devenues instables. Un monde dans lequel la complexité formelle est une donne cruciale. Un monde, enfin, dans lequel les écrans, les surfaces et les textures prennent une importance significative. La ville numérique n'est donc pas seulement qu'un ensemble d'individus numériques, elle est aussi un nouveau rapport physique à la réalité[3].

Le Web étant principalement une interface graphique des ressources d'informations, l'image familière de la ville avec ses bâtiments, ses rues, ses espaces publics, etc. sert d'interface conviviale pour la diffusion à de nombreux sites d'informations et de services[4]. Il existe, selon Martin Dodge et al, trois catégories de sites de villes qui utilisent les qualificatifs « numérique », « virtuel », « digital » et les affixes « e » ou « i » voire même « cyber » pour se définir. Il s'agit :

- des Web Listing Virtual Cities : elles ne font aucunement référence à la forme construite de la ville, et se présentent avec une interface publicitaire (le plus souvent touristique), des guides en ligne, des menus et des listings ;

- des Villes numériques « à plat » : elles utilisent, comme interface statique, des cartes d'images « à plat » de la ville, stylisées par des points de repère familiers et des bâtiments servant d'icônes sur lesquels on clique pour accéder à l'information à ligne ;

- des Villes numériques 3D : ces sites utilisent les technologies du Web pour modéliser la forme de la ville réelle, permettant alors à l'utilisateur de marcher dans les rues et de les survoler.


C'est justement cette troisième catégorie de sites que l'on peut qualifier de « vraies villes virtuelles » étant donné qu'ils permettent des simulations effectives de la ville réelle et donne à l'internaute l'impression d'habiter un espace urbain. Toutefois, il est rare d'en trouver sur le cyberespace mondial.

En général, deux idées se dégagent à l'examen du concept de ville numérique : le terme fait référence soit à l'usage des TIC et des télécommunications pour une gestion plus efficace des diverses activités d'une collectivité locale ; soit à l'émergence, la constitution d'une « cyberville », ville virtuelle qui se manifeste, pour le moment, le plus souvent sous la forme de sites Internet des villes réelles. [...]


I.S.


Retrouvez le texte intégral de cet article sur le site du Groupe De Recherche TIC & Société.




[1] Emmanuel Eveno, « Les échelles locales de la société de l'information », in eAtlas. Rencontres régionales de l'eAtlas francophone de l'Afrique de l'Ouest & Plan d'Actions- Dakar 2006-, Toulouse, novembre 2006, p. 45.

[2] Il s'agit de ceux qui argumentent autour d'une doxa, autrement dit autour d'un savoir fondé sur une approche axiomatique, établi sur un rapport de force et non en vertu d'une saine confrontation des arguments pour ou contre. Source : E. Eveno, « Le paradigme territorial de la société de l'information », in NETCOM, Vol. 18, n° 1-2, 2004 (2004a), p. 123.

[3] Antoine Picon, « Scénarios pour une ville numérique » [En ligne] http://www.ihedate.com/generated/objects/ACTES%20SEMINAIRES/SEM1_ACTES_PICON.htm

[4] Martin Dodge, Simon Doyle, Andy Smith et Stephen Fleetwood, « Réalité virtuelle et SIG internet pour la planification urbaine », in Victor Sandoval (dir.), La ville numérique, Paris, Hermès, LCN, volume 1, n° 1-2000, p. 60.  


Partager cet article

Repost 0
Published by Ibrahima - dans Mes billets
commenter cet article

commentaires