Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • : Ce site traite de la question des usages des TIC par les collectivités locales, mais aussi par les individus. En Afrique particulièrement, mais également dans le monde.
  • Contact

Rechercher

Archives

25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 19:24

La banque africaine de développement a exprimé son soutien pour le lancement du New Dawn Satellite, satellite nouvel aube.

C'est par un communiqué que la banque a rendu public son intention participer financièrement au projet de mise en orbite d'un satellite de communication pour l'Afrique, sous forme de prêt privilégié d'un montant de 25 millions de dollars. Le projet comprend la conception, la construction, le lancement et l'exploitation d'un système panafricain de communications par satellite placé en orbite (33 degrés Est), idéalement positionné pour desservir le continent africain. Le satellite comprendra 30 transpondeurs, opérant dans les fréquences C et K. Il fournira des services en Afrique pour des liaisons terrestres cellulaires, des réseaux de base et des réseaux d'entreprise, des relais TV et la télédiffusion. Le lancement et le début des opérations commerciales sont prévus au début de l'année 2011.

Les promoteurs du projet sont Intelsat, leader mondial des opérations satellitaires fixes, des investisseurs sud-africains et Convergence Partners. Les fonds nécessaires au projet ont été mobilisés avec succès, à hauteur de 250 millions dollars malgré les conditions difficiles du marché, grâce notamment à une collaboration étroite avec Nedbank, Industrial Development Bank et la BAD. Le projet répond à une forte demande en services de télécommunications en Afrique, alimentée par les efforts des opérateurs mobiles visant à étendre leurs réseaux aux régions mal desservies, à connecter les entreprises et les zones rurales et à stimuler le développement socio-économique.


La BAD rappelle que ce projet est conforme à sa stratégie en matière de technologie de l'information et de la communication (TIC), qui fait de l'infrastructure régionale et nationale une priorité majeure. Cette stratégie englobe notamment la connectivité internationale avec le reste du monde, les liaisons terrestres régionales qui relient les pays, les réseaux nationaux qui étendent l'accès au-delà des grandes villes, et la connectivité finale avec les utilisateurs et les collectivités mal desservies. L'infrastructure régionale est aussi au centre du cadre stratégique à moyen et à long terme du NEPAD, initiative dans laquelle la Banque joue le rôle de chef de file.

Ce projet paradoxalement peu médiatisé est un des projets majeurs qui va être réalisé en Afrique, qui souffre cruellement du retard en matière de technologie de l'information et de la communication. Pour ce qui est du Cameroun par exemple on peut réaliser que bien que l'offre de téléphonie mobile est assez diversifiée, les coûts restent bien assez élevés, au même titre que l'accès à internet. La BAD n'est pas à son premier soutient à ce type d'initiative. Elle a aussi approuvé les investissements dans trois projets du secteur des TIC: 13 millions d'euros à titre de prise de participation partielle dans MTN Cameron pour couvrir le prêt octroyé par les banques commerciales locales au Cameroun et au Gabon. MTN a contribué à la croissance rapide de la téléphonie mobile (GSM) à la fois par les entreprises et le grand public. 50 millions de dollars EU à titre de prêt privilégié au projet de télécommunications par satellite RASCOM, qui prévoit la construction et le lancement d'un système satellitaire en orbite devant fournir un à plusieurs points de services de télécommunication partout en Afrique, avec un accent particulier sur la connectivité intra-africaine et les communications rurale. Et un prêt de 14,5 millions de dollars EU en faveur du projet de Système de Câble sous-marin de l'Afrique de l'Est (EASSy). Le projet EASSy est une initiative qui vise à construire et exploiter un câble sous-marin à fibre optique le long de la côte orientale de l'Afrique, qui reliera 22 pays côtiers ou enclavés entre eux et avec le reste du monde.


Source : Journal du Cameroun, le 23 mars 2009.

Partager cet article

Repost 0

commentaires