Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • : Ce site traite de la question des usages des TIC par les collectivités locales, mais aussi par les individus. En Afrique particulièrement, mais également dans le monde.
  • Contact

Rechercher

Archives

7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 18:20
La présidente du Conseil national de régulation de l'audiovisuel (Cnra), Nancy Ngom Ndiaye n'a pas apprécié la démarche de la Rts et de Walf Tv à propos de la brouille qui a opposé les deux chaînes lors du défilé du 4 avril dernier. Révélant ne pas être saisie par aucune des deux parties concernées, Nancy Ngom Ndiaye appelle au respect strict de l'autorité compétente. Réagissant en marge d'une rencontre avec l'Ong Connexion Sans Frontières qui intervient dans le domaine des radios communautaires, la présidente du Cnra dédouane également la Télévision nationale sur la supposée campagne déguisée du président Wade lors des dernières locales.

La presse nationale sera clairement édifiée sur la position du Cnra sur divers sujets liés notamment à la couverture médiatique des élections locales du 22 mars 2009, mais aussi sur les bisbilles entre la première et la dernière née des télévisions sénégalaises. L'autorité de régulation de l'audiovisuel sénégalais présidée par Nancy Ngom Ndiaye fera face à la presse dans les prochains jours après une concertation sur ces différents sujets. En attendant, la présidente du Cnra nous livre ici, ses impressions sur la brouille entre Walf Tv et la Rts sur la retransmission en direct du défilé du 4 avril, les dérapages médiatiques qui s'en sont suivi ainsi que sur la « tournée économique » du président de la République diffusée en long et en large par la Rts.


A ce propos, Nancy Ngom Ndiaye dédouane d'emblée la Rts en soulignant qu'il n'y avait rien d'illégal dans la démarche de cette dernière. Elle explique que la Rts n'a pas diffusé ces tournées durant la période de pré-campagne, mais qu'elle a attendu le 1er mars, date de démarrage de la campagne. Sur la question de l'équilibre, la présidente du Cnra dira que la Rts s'est rattrapée avec les correspondances téléphoniques qui lui ont permis de parler des autres listes et coalitions.


Accusée également de deux poids, deux mesures, dans sa décision de fermer Djolof Fm de Linguère et Oxy-Jeunes de Pikine, la présidente du Cnra se défend et parle d'incompréhension notoire. Pour elle, les radios communautaires ne sont pas autorisées à parler de politique politicienne mais devaient plutôt traiter l'aspect purement citoyen de l'élection. Elle précise aussi qu'à Linguère, contrairement à ce qui a été avancé par certains, les deux radios que sont Aïda Fm du maire Habib Sy et Djolof Fm favorable au candidat malheureux de Benno Siggil Sénégal, Aly Ngouille Ndiaye n'ont pas le même cahier de charges. « L'une (Aïda Fm) est commerciale et l'autre (Djolof Fm) communautaire », a-t-elle tranché.


Elle révèle que c'est même Aïda FM « qui a saisi le Cnra pour dénoncer Djolof Fm qu'elle accuse de marcher sur ses plates bandes, alors qu'elle n'a pas cette vocation puisque, étant une radio communautaire ». Nancy Ngom Ndiaye regrette toutefois d'en être arrivée à la décision de fermeture de Djolof Fm et Oxy-Jeunes, mais ajoute qu'on ne leur a pas laissé le choix.


L'autre sujet d'actualité brûlante qui implique naturellement le Cnra, c'est l'interdiction de la retransmission en direct du défilé du 4 avril faite à Walf Tv, une décision qui a suscité beaucoup de bruit de part et d'autre. Sans vouloir aller au fonds des choses, avant de se concerter au préalable avec les autres membres de sa structure, Nancy Ngom Ndiaye pense tout de même que les deux organes concernés devaient saisir le Cnra. Ce qui n'a pas été fait jusqu'à maintenant, selon elle. D'où cet appel de la présidente à plus de considération à l'autorité compétente.


Elle rappelle « qu'il faudrait que chacun joue son rôle dans ce genre de conflit », avant d'ajouter que le Cnra joue le rôle d'interface entre les médias. C'est pourquoi, elle précise qu'un « organe de presse ne peut pas donner d'injonction à un autre organe ». Enfin, Nancy Ndiaye Ngom regrette les dérapages enregistrés et déplore les débats à sens unique.



Source : Nettali, le 6 avril 2009.

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires