Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • : Ce site traite de la question des usages des TIC par les collectivités locales, mais aussi par les individus. En Afrique particulièrement, mais également dans le monde.
  • Contact

Rechercher

Archives

8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 09:57

La secrétaire d'État au Numérique donne le «top départ» pour la fibre optique. Il faut démarrer, même si le cadre juridique n'est pas encore fixé.


En pleine période d'assemblées générales, tous les copropriétaires se posent la question d'installer la fibre optique dans leur immeuble. Les opérateurs, Orange, SFR, Free et Numericable, sont tous dans les «starting-blocks» depuis des mois, prêts à investir. Mais l'absence de cadre juridique les empêche de passer à l'acte.

Pour répondre à l'urgence, Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'État au Numérique, a encouragé hier les opérateurs à aller de l'avant. «Aujourd'hui nous libérons l'investissement des opérateurs. Nous leur envoyons un signal clair en leur disant : allez-y ! Le cadre juridique définitif qui sera fixé d'ici à l'été ne sera pas rétroactif et ne remettra pas en cause les investissements déjà réalisés», a-t-elle déclaré.


Alors que les opérateurs se concentrent aujourd'hui sur les grandes villes, «NKM» a également demandé à la Caisse des dépôts et consignations d'étudier comment les collectivités locales pourraient participer à l'effort d'investissement dans les zones peu denses.


Aux côtés de la ministre, Jean-Claude Mallet, président du régulateur des télécoms, a lui aussi clarifié la situation. Depuis des mois deux positions s'affrontent. Free veut poser 4 fibres par foyer et permettre à tous les concurrents de se raccorder à un point situé à l'extérieur de l'immeuble.


En face, France Télécom veut poser une seule fibre par foyer et mettre le point de raccordement à l'intérieur des immeubles.

En remplacement de l'ADSL

Hier, l'Arcep a tranché : le point de mutualisation sera le plus souvent à l'intérieur de l'immeuble, comme le souhaite France Télécom. Mais tout opérateur qui le souhaite pourra faire poser une fibre supplémentaire à condition de participer au financement.


«Ce n'est pas un si mauvais compromis, a estimé Free. Orange a souligné que cette solution n'avait pas été testée, qu'elle posait un «problème juridique» et serait «délicate» à mettre en œuvre. «C'est une très bonne nouvelle. Cela signifie que tout ce qui a déjà été fait est validé, et que les projets en cours vont pouvoir continuer voire s'amplifier», s'est félicité SFR.


La fibre optique, qui arrivera bientôt dans tous les foyers pour remplacer l'ADSL, est le grand chantier des dix ans à venir. En période de relance économique, c'est un enjeu de premier plan. Le marché de l'Internet très haut débit est promis à une croissance très importante, malgré la crise, selon le cabinet Idate, et devrait atteindre 140 millions d'abonnés dans le monde dès 2014.


L'Europe est à la traîne face à l'Asie et aux États-Unis. Hier encore, l'Australie a annoncé qu'elle allait se doter d'un vaste réseau national en fibre optique et n'hésite pas pour cela à mettre sur la table 23 milliards d'euros. Le premier ministre australien a déclaré qu'il s'agissait du «plus important projet d'infrastructure de l'histoire du pays». Pendant ce temps, la France, elle, essaie de démarrer le plus vite possible.


 

 

 

Source : Le Figaro, le 8 avril 2009.


 


Partager cet article

Repost 0

commentaires