Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • : Ce site traite de la question des usages des TIC par les collectivités locales, mais aussi par les individus. En Afrique particulièrement, mais également dans le monde.
  • Contact

Rechercher

Archives

30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 20:49
Accroissement des financements offerts aux pays les plus pauvres, refonte du cadre de prêt du FMI, simplification de la conditionnalité et annulation des intérêts sur les prêts concessionnels du Fonds jusqu’en 2011. Ce sont là, entre autres, les avantages qui accompagnent l’expansion de l’aide financière concessionnelle aux pays à faible revenu prévue pour se chiffrer à 17 milliards de dollars EU d’ici à 2014, dont 8 milliards de dollars EU durant les deux prochaines années.

Cette réforme des programmes du Fonds monétaire international (FMI) a été présentée à des hommes de média du Burkina Faso et du Sénégal, par son directeur général (DG), Dominique Strauss-Kahn en direct de Washington au cours d’une vidéoconférence de presse, hier mercredi 29 juillet 2009.


« Ces démarches représentent pour le FMI un effort historique pour aider les pauvres dans le monde », a déclaré, d’entrée de jeu, le directeur général (DG) du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn. En direct de Washington, il s’est entretenu, par le biais des TIC, avec des hommes de média du Burkina Faso et du Sénégal au cours d’une vidéoconférence de presse.


Premiers à prendre part aux échanges de près d’une heure, les journalistes burkinabé, réunis dans les locaux de la mission résidente de la Banque mondiale à Ouagadougou. Et Dominique Strauss-Kahn (DSK) d’expliquer que le Conseil d’administration du Fonds monétaire a approuvé des mesures sans précédent qui permettront d’accroître sensiblement les ressources à la disposition des pays pauvres en cette période de crise mondiale.


Ces ressources, qui proviennent notamment de la vente de l’or du Fonds, porteront le montant des prêts concessionnels du FMI à 17 milliards de dollars EU jusqu’en 2014, et pourront atteindre 8 milliards de dollars EU au cours des deux années à venir. En outre, le FMI a annoncé la suspension du paiement des intérêts sur l’encours des prêts concessionnels pour tous les pays membres à faible revenu jusqu’à la fin de 2011.


Ce soutien accru s’appuiera sur une nouvelle panoplie d’instruments de prêt. DSK soutient que cette expansion sans précédent du soutien de sa structure aux pays les plus pauvres, en Afrique subsaharienne et dans le monde entier, vient en réponse à la crise économique : « Le G-20 a demandé l’aide du FMI pour répondre à la crise économique mondiale qui a si durement frappé les pays à faible revenu ; nous avons pris une série de mesures historiques pour venir en aide aux pauvres dans le monde. Les nouvelles ressources, offertes par le biais de nouvelles facilités, devraient permettre à des millions de personnes d’échapper à la pauvreté. Il faut souligner que le montant alloué pour les 2 prochains ans dépasse les 6 milliards de dollars EU de prêts nouveaux demandés par le G-20 au cours des deux à trois années à venir. Non seulement, l’expansion du soutien du FMI aidera ces pays à faible revenu à surmonter une crise dont ils ne sont pas responsables, mais lorsque celle-ci sera passée, elle posera les jalons des progrès de la lutte contre la pauvreté ». Une batterie de nouvelles mesures

Pour le directeur général du FMI, les nouvelles mesures représentent un effort supplémentaire considérable au cours des années à venir. Ce soutien inclut les volets suivants :

• l’expansion de l’aide financière concessionnelle aux pays à faible revenu, provenant notamment de la vente d’or, pour porter la capacité de prêts concessionnels de l’institution ;

• un allègement des intérêts sur les facilités concessionnelles, en suspendant le paiement jusqu’à la fin de 2011 pour aider les pays à faible revenu à faire face à la crise ;

• une concessionnalité désormais plus forte des concours financiers du FMI, accompagnée d’un mécanisme d’actualisation des taux d’intérêt après 2011 ;

• une nouvelle panoplie d’instruments financiers adaptés aux besoins divers des pays à faible revenu et plus à même de les aider à relever les défis de la crise :

- la facilité élargie de crédit offre un soutien souple à moyen terme ;

- la facilité de crédit de confirmation répond aux besoins de crédit de précaution à court terme et

- la facilité de crédit rapide offre un soutien d’urgence avec une conditionnalité limitée.


« 60 pays dans le monde sont concernés et la procédure est automatique et sans aucune condition », a ajouté Dominique Strauss-Kahn pour qui, la mise en place d’instruments et de politiques plus adaptés pour pallier à la crise économique constitue un assouplissement et une évolution de son institution qui entame là, une ère nouvelle.


Dans son communiqué de presse publié le 29 juillet 2009, DSK affirme que les programmes appuyés par le FMI insisteraient davantage sur les objectifs de réduction de la pauvreté et de croissance dans le cadre de tous les nouveaux instruments de prêt, et fixeraient notamment des objectifs pour préserver les dépenses sociales et autres dépenses prioritaires.


« Aidez-nous à vous aider ! »


L’institution a déjà annoncé cette année qu’il envisageait une plus grande souplesse de la conditionnalité dans ses programmes : les conditions de la réforme structurelle ont été simplifiées pour tous les programmes du FMI. La conditionnalité structurelle des programmes à moyen terme des pays à faible revenu gagnera en souplesse et sera davantage axée sur les objectifs centraux propres à chaque pays.


Les programmes appuyés par le Fonds ont aussi toléré des déficits budgétaires plus importants dans la plupart des pays à faible revenu pendant la crise. A en croire DSK, son organisme entend abandonner son statut de gendarme pour celui de médecin : « Le Fonds se présente désormais à l’image d’un médecin, qui doit parfois se montrer sévère dans le but de vous aider à guérir de votre mal, en l’occurrence la pauvreté ».


En d’autres termes, le Fonds monétaire international va veiller à une bonne utilisation de ressources allouées dont la gestion revient aux pays pauvres eux-mêmes. Ces pays doivent, à cet effet, assurer la mise en place de meilleures politiques économiques dans le but d’éviter les dérives en matière de gouvernance notamment au niveau des politiques fiscales et douanières : « L’effort de développement doit venir des pays à faible revenu eux-mêmes, sinon l’aide de la Communauté internationale restera vaine. Aidez-nous donc à vous aider ! »

 

 

 

Source : LeFaso.net, le 30 juillet 2009




Partager cet article

Repost 0
Published by Ibrahima - dans N'importe quoi !
commenter cet article

commentaires