Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • : Ce site traite de la question des usages des TIC par les collectivités locales, mais aussi par les individus. En Afrique particulièrement, mais également dans le monde.
  • Contact

Rechercher

Archives

4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 10:38
Un accord-cadre portant sur l'utilisation des nouvelles technologies de l'information et de la communication (TIC) dans la région de l'Oriental a été signé, lundi à Châlons-en-Champagne (Nord-Est de la France), entre la région française de Champagne-Ardenne et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

En vertu de cette convention, paraphée en présence d'une importante délégation d'élus et de hauts cadres de la région de l'Oriental, les deux parties s'engagent à travailler de manière coordonnée et synergique afin d'accompagner la région de l'Est du Royaume pour la mise en oeuvre d'une stratégie de développement des TIC dans le cadre du Programme ISIàMed, "initiative novatrice et expérimentale".

Lancé par le PNUD en 2009, le Programme ISIàMed (Information Society Initiative for the Mediterranean region) a pour objectif d'appuyer les territoires des pays en développement dans l'utilisation des TIC en vue notamment de stimuler leur développement et leur économie locale.

Dans des déclarations à la MAP, le président du Conseil régional de Champagne-Ardenne, M. Jean-Paul Bachy, s'est félicité de la signature de cet accord par lequel le PNUD accepte d'accompagner sa région dans cette démarche tendant à faire des TIC un catalyseur pour la création d'emplois, la modernisation des entreprises et la gestion des collectivités territoriales.

"C'est un accord pionnier dans la mesure où Champagne-Ardenne est la première région française à rentrer dans cette démarche d'approche territoriale en appui au développement local dans la région de l'Oriental", a affirmé, pour sa part, Mme Cécile Moulinier, directrice du bureau du PNUD à Genève.

Elle a aussi formé le souhait de voir la région française, "en tant que chef de file des partenaires de la coopération décentralisée pour l'Oriental, amener d'autres régions de pays de la rive Nord de la Méditerranée à adhérer à cette démarche de cohérence et de synergie".

Cet accord constitue une étape d'un processus qui va se développer "avec plus d'élan et de force" et qui doit reposer sur une concertation très forte avec la population et les autorités de la région elle-même pour qu'elles puissent exprimer leurs préoccupations et leurs priorités par rapport à leur propre développement, a-t-elle dit.

Dans le même ordre d'idées, le président du Conseil régional de l'Oriental, M. Ali Belhaj, a souligné que cette convention n'est qu'une première étape et que la deuxième qu'il a suggérée et qui a été acceptée, consiste à organiser un débat au niveau de la région sur les modalités d'application dudit accord.

Le choix final de l'utilisation des TIC doit "revenir à la population après concertation avec les instances concernées", a-t-il tenu à préciser.

La directrice adjointe du bureau du PNUD à Genève, la Marocaine Najat Rochdi, a souligné l'importance que revêt cet accord pour la région de l'Oriental, le qualifiant de "saut qualitatif en termes de coordination".

Pour les signataires, la politique conduite par la région Champagne-Ardenne depuis une vingtaine d'années dans l'Oriental peut servir de "référence" afin de constituer une base pour élaborer un projet pilote à l'échelle d'un territoire.

Le PNUD pourrait, dans ce cadre, avoir un rôle de coordination, voire ensuite de dissémination d'un tel projet impliquant les organismes marocains et d'autres instances comme la FAO, l'Agence française de développement (AFD) et la Banque mondiale.

Ils estiment, par ailleurs, qu'à l'heure où le Maroc va bénéficier de mesures nouvelles dans le cadre de la nouvelle politique de l'Union européenne (Statut avancé) et que se dessinent les contours de l'UE pour la Méditerranée, "un tel challenge mérite d'être entrepris".

Les responsables de Champagne-Ardenne affirment que leur région, de par ses activités de coopération décentralisée avec l'Oriental, est devenue "forte de son expérience" et a acquis une expertise "reconnue", faisant observer à cet égard que la région a développé et mis en oeuvre un programme qui concerne plusieurs axes visant à faire émerger les initiatives endogènes relatives au développement économiques local et à la valorisation des territoires.

La région, qui apporte "un appui important et soutenu à l'Oriental", a favorisé le rapprochement entre les différents acteurs de la coopération décentralisée opérant dans la région marocaine et peut aussi avoir "un rôle de chef de file" des collectivités françaises, voire européennes, qui oeuvrent pour les mêmes objectifs de développement, ajoutent-ils.

Champagne-Ardenne entend poursuivre ses efforts de partenariat avec le PNUD, notamment dans le domaine des TIC, pour faciliter l'aménagement, le développement et la valorisation des territoires de la région de l'Oriental conformément à la stratégie de développement de celle-ci, soulignent-ils.

Et de signaler que la région va donc intégrer ce nouveau partenariat dans le cadre de ses activités de coopération avec l'Oriental et va également inciter les autres collectivités signataires de la Charte de coopération, en octobre 2008 à Oujda, à adhérer à cette approche globale du développement local.

A ce titre, la région française avec le PNUD, consolidera les efforts de coordination et d'articulation des programmes d'appui au développement de l'Oriental au niveau local et régional.

La signature de cet accord s'est déroulée en présence, outre de la délégation de l'Oriental, des représentants de collectivités françaises et belges liées par des partenariats avec la région de l'Est du Maroc, du ministère français des Affaires étrangères et du consul général du Royaume à Villemomble, M. Abdellah Ouchqir.



Source : Casafree, le 3 novembre 2009


Partager cet article

Repost 0

commentaires