Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • : Ce site traite de la question des usages des TIC par les collectivités locales, mais aussi par les individus. En Afrique particulièrement, mais également dans le monde.
  • Contact

Rechercher

Archives

4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 10:19
Fitch Ratings estime dans un rapport publié, lundi 02 Novembre 2009, que les pratiques de gouvernance d’entreprise en Tunisie manquent encore de maturité malgré les réformes institutionnelles successives et la croissance économique soutenue de la dernière décennie.

D’après Mr Wassel Madani, directeur adjoint de l’équipe Fitch’s Corporate à Tunis : "Fitch estime positives les actions entreprises par les autorités du marché financier visant à établir de nouvelles directives pour la gouvernance d’entreprise et pense que la récente mise à niveau du cadre réglementaire tunisien constitue un socle solide pour améliorer davantage cette gouvernance ».

Il ajoute, néanmoins, que « la faible exposition des entreprises tunisiennes aux forces du marché international (notamment à l’occasion de recherches de financement auprès de banques internationales ou de conclusions de joint-ventures avec des partenaires étrangers) les prive de stimulus pour évoluer vers de meilleures pratiques de gouvernance ».

Certaines entreprises tunisiennes, notamment les grandes entreprises privées, ont réalisé des progrès dans le domaine de la gouvernance, ce qui n’est pas le cas des petites entreprises familiales. Toutefois, et malgré le recours à des cabinets d’audit d’envergure internationale pour auditer leurs états financiers, plusieurs grandes entreprises privées établissent encore leurs états financiers selon les normes comptables locales (et non selon les normes IFRS).

L’évaluation de la gouvernance d’entreprise fait partie intégrante du processus de notation et Fitch considère, en général, qu’une gouvernance faible constitue une contrainte quelque soit la force et la solidité du profil financier de l’entreprise évaluée. La crise économique actuelle a redonné de l’importance aux normes et pratiques de gouvernance d’entreprise. Si leur faible exposition internationale a pu protéger les entreprises tunisiennes des effets de la crise financière mondiale, elle explique également le sous-développement des pratiques tunisiennes de gouvernance d’entreprise.

Fitch considère que la structure familiale du capital des entreprises tunisiennes constitue un obstacle majeur pour l’adoption de bonnes pratiques de gouvernance d’entreprise. Dans de telles structures, les actionnaires fondateurs détiennent souvent les postes décisionnels et peuvent ainsi diriger leurs affaires au détriment des intérêts des créanciers et des actionnaires minoritaires. Le rapport met également en exergue plusieurs autres faiblesses de la gouvernance d’entreprise se rapportant aux transactions avec les parties liées, au processus d’audit et à la qualité des administrateurs. La plupart des entreprises tunisiennes réalisent un volume important de transactions avec les parties liées dont la divulgation est limitée, les procédures de contrôle interne restent inefficaces quand on les compare à celles des entreprises occidentales similaires et le concept d’administrateur indépendant n’est pas encore entré dans les mœurs. La transparence généralement limitée constitue une contrainte pour les notes attribuées par Fitch.

Le portefeuille d’entreprises tunisiennes notées par Fitch comprend notamment : l’Entreprise Tunisienne d'Activités Pétrolières (AA+(tun)/F1+(tun)/Stable), le Groupe Chimique Tunisien (AA(tun)/F1+(tun)/Stable), la Compagnie des Phosphates de Gafsa (AA(tun)/F1+(tun)/Stable), Orascom Telecom Tunisie (A+(tun)/F1(tun)/Stable) et la Société Chimique ALKIMIA (B(tun)/B(tun)/RWN).



Source : InvestirenTunisie, le 4 novembre 2009.


Partager cet article

Repost 0
Published by Ibrahima - dans Ouvrages-Etudes
commenter cet article

commentaires