Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • : Ce site traite de la question des usages des TIC par les collectivités locales, mais aussi par les individus. En Afrique particulièrement, mais également dans le monde.
  • Contact

Rechercher

Archives

25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 09:00
A l'exception de la distribution, de l'industrie et des services, tous les secteurs devraient reprendre leurs investissements IT en 2010 affirme le cabinet Pierre Audoin Consultants dans sa dernière étude.


Alors que le scénario d'une reprise dans le secteur informatique se précise, du moins à partir du second semestre, le cabinet Pierre Audoin Consultants analyse, secteur d'activité par secteur secteur d'activité, les principales tendances pour le marché mondial. Une bonne nouvelle : tous les indicateurs sont au vert, sauf pour la distribution et l'industrie, dont les investissements informatiques devraient encore baisser de respectivement 1,9% et 1%. De son côté, le secteur des services, très impacté par la crise, peine à se redresser mais ne devrait plus réduire ses investissements.


« La distribution restera un marché difficile dans la plupart des pays, en particulier ceux où les discounters sont dominants », explique-t-on au cabinet où l'on rappelle que ces derniers sont connus pour être très économes et les acheteurs les plus durs. Tous les robinets ne seront cependant pas fermés. « Il devrait y avoir des investissements intéressants dans certains domaines comme la gestion matérielle, la BI et l'intégration multicanal », estime Peter Russo, directeur à PAC New York qui s'inquiète toutefois de faillites possible sur ce marché.


C'est toutefois le monde industriel qui reste le plus touché. « Le secteur le plus fortement impacté par l'actuelle crise économique à travers le monde est l'industrie, en particulier l'automobile, l'ingénierie mécanique, la chimie et la métallurgie, tandis que l'industrie pharmaceutique, l'agro-alimentaire, l'aéronautique et la défense ont mieux résisté »,affirme Christophe Châlons, analyste à PAC Munich. Selon lui, « la priorité en 2010 restera clairement les économies à court terme, en consolidant et en standardisant à la fois les actifs et les contrats, en particulier les contrats d'outsourcing. »


La cabinet prévoit toutefois qu'à partir du second semestre, des investissements pourraient être réalisés dans les systèmes embarqués, le PLM (Product Life Management), les solutions de collaboration, la maintenance et le CRM,(en particulier les services après-vente).


Les secteurs qui investissent


Du côté des secteurs qui vont augmenter leurs investissements, on pointe ceux des utilities et du secteur public qui devraient progresser, le premier de 3,4%, le second de 3,3%.


« Traditionnellement, les utilities constituent un marché plus résistant et confronté à des problématiques spécifiques : déréglementation, séparation des activités, gestion de l'information, smart grid (ndlr : réseau de distribution électrique intelligent pour lutter contre le réchauffement climatique) et smart meters (ou compteurs communicants) », explique Karsten Leclerque, directeur à PAC Munich.


Quant au secteur public, véritable soutien du marché pendant la crise, il devrait poursuivre ses investissements avec toutefois un certain ralentissement dû à la baisse des recettes fiscales des collectivités publiques et au niveau d'endettement de certains pays. L'implémentation de nouveaux standards comptables, la mise en place de la directive service européenne et la poursuite des projets d'e-administration justifient donc un certain optimisme. « La plus grande différence entre les pays réside dans l'importance de l'outsourcing, entre des pays très en avance comme le Royaume-Uni ou l'Australie et des pays très en retard comme la France, l'Europe Centrale ou la Chine », tient toutefois à préciser Peter Russo.

Les secteurs bancaires (+1,2%) et de l'assurance (+1%) devraient eux-aussi rouvrir leurs coffres-forts. « Les banques vont avoir plusieurs problématiques majeures en 2010, telles que le respect des réglementations qui génère toujours la plus grande partie des investissements. Fidélisation des clients, intégration post-fusion, STP/industrialisation, consolidation et traitement des données sont aussi des problématiques qu'elles ne peuvent résoudre qu'avec l'IT », croit savoir Vincent Gelineau, consultant senior chez PAC Paris. Le monde de l'assurance, devrait quant à lui investir dans l'intégration du multicanal, le CRM, les interfaces Web et la modernisation de l'existant.


La progression (+1,8%) sera plus forte dans le secteur des télécoms, qui bien que victime d'une forte pression sur les prix, devra investir dans les réseaux de nouvelle génération, notamment le LTE et les nouveaux services tels que le paiement par mobile ou le Web 2.0.


Enfin, le secteur du transport (+1%) qui inclut à la fois la logistique (fortement impactée) et le transport de passagers (moins affecté, excepté pour les compagnies aériennes) devrait investir dans des projets logistique de type 4PL et 5PL ainsi que dans les solutions orientées client telles que la billetterie, l'enregistrement, les portails et le paiement.


Pierre Audoin Consultants termine son étude par les précautions d'usages. « Des risques importants demeurent, notamment liés au chômage, au manque de disponibilité des crédits et aux faillites qui en résultent », précise le document.


« Dans tous les cas, même si les volumes devraient se redresser au cours de l'année, les prix et les coûts moyens seront plus faibles qu'en 2009 et limiteront la reprise du marché », conclut de son côté Christophe Châlons.

 

marche_LSI

 

Source : Channelnews, le 24 février 2010.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires