Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • : Ce site traite de la question des usages des TIC par les collectivités locales, mais aussi par les individus. En Afrique particulièrement, mais également dans le monde.
  • Contact

Rechercher

Archives

6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 08:01

http://novovision.fr/local/cache-vignettes/L500xH348/DSC_0048-1f71e.jpgPour Emmanuel Hoog, président de l’INA, auteur de Mémoire année zéro (Seuil 2009), notre civilisation connaît  une « crise de la mémoire ». Internet cautionne et accentue ce phénomène :

 

 "La tendance à la nostalgie que l'on observe est-elle liée à cela ?


C'est, en effet, une conséquence de cette crise de la mémoire. On a le sentiment qu'on sort de l'Histoire, qu'elle s'écrit ailleurs. On est passé à un rôle de spectateur, et ce n'est pas facile à vivre... Le seul endroit où il fait bon et chaud, c'est le passé. D'où ce regain d'intérêt, que le marketing a bien identifié, pour un certain âge d'or, des sucettes Pierrot gourmand aux galettes de grand-mère, mais aussi l'intérêt pour tout ce qui touche au patrimoine, à la généalogie...

 

  Avec l'irruption du numérique dans nos vies, notre rapport à la mémoire s'est-il transformé ?


L'arrivée du numérique bouleverse en profondeur l'économie mémorielle. En fait, Internet instaure une sorte de présent permanent, casse la temporalité entre passé, présent et avenir. Nous avons désormais la capacité de rappeler le passé à tout instant. Cette inflation mémorielle et cette confusion permanente des temps sont très dangereuses. Les prismes à travers lesquels nous faisons normalement appel au passé sont explosés. Ces prismes, ce sont, par exemple, les médias, les musées, tout ce travail de mise en perspective, de raisonnement, qui donne du sens, permet de prendre du recul. Aujourd'hui, le passé percute le présent avec une médiation de plus en plus faible et l'individu-internaute n'a pas toujours la capacité de trier. Tout le monde peut créer sa mémoire et faire mémoire de tout. C'est une liberté qui n'est pas sans danger. Quelles solutions imaginez-vous ?


Mon livre est, avant tout, un plaidoyer pour la raison et l'éducation. Il faut civiliser Internet, l'urbaniser, de même qu'on a construit des écoles, des universités, appris aux gens à acquérir plus de sens critique. Un défi comparable à la construction des villes en  Italie au XIVe  siècle, qui devaient créer des espaces de civilisation. Il faut réguler, discuter,  réfléchir. Nous sommes dans un monde où la vitesse et l' irrationnel ont tendance à remporter sur le temps et la raison. Ce n'est pas inéluctable".

 

Propos recueillis par Sylvain Fanet et Nadia Gorbatko
TGV Magazine

Partager cet article

Repost 0
Published by Ibrahima - dans Avis-interview
commenter cet article

commentaires