Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • : Ce site traite de la question des usages des TIC par les collectivités locales, mais aussi par les individus. En Afrique particulièrement, mais également dans le monde.
  • Contact

Rechercher

Archives

23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 10:36
http://blogsimages.skynet.be/images_v2/002/520/752/20070929/dyn004_original_500_750_pjpeg_2520752_76625b87765366dc4260754ba9d69e7a.jpg« Rendre accessible la connectivité partout au Sénégal ». Tel est l’objectif principal du Fonds de développement universel des télécommunications qui s’est réuni hier, lundi 22 février dans un hôtel de la place pour l’installation de son Administrateur et de son Président.

Ce lundi s’est tenu à Dakar le lancement du Fonds de développement universel des télécommunications. A cette occasion, a eu l’installation du Président du Comité de Direction du Fonds, M. Michel Lamotte et l’Administrateur Ndongo Diao. Selon le nouveau Président du comité, « le fonds devra, entre autres, rendre les services de télécommunications accessibles sur l’ensemble du territoire, par l’implantation de points d’accès publics téléphone et Internet ». C’est dans ce sillage que le Fonds s’est fixé comme objectif « de mettre en place un système qui va permettre de connecter les zones rurales isolées », souligne le Président.

 

Avec plus de 14 mille villages, « le Fonds a pu connecter plus de 8 mille villages en 2008, soit 50% », martèle M. Michel Lamotte. Aujourd’hui, la connectivité sur la téléphonie mobile touche 52,5% pour six millions (6 millions). Pour connaître le nombre d’abonnées avec les 52,5 %, « le Fonds s’est fixé comme objectif de mettre en place un système qui permettrait d’avoir le chiffre exact sur la connectivité ensuite de développer un système de pouvoir connecter les zones urbaines qui sont démunies », selon M. Michel Lamotte.

 

C’est dans cette perspective que la Secrétaire générale de la Présidence, Mme Aminata Tall renseigne : « ce Fonds répond aux besoins de connectivité des Sénégalais ». Il permettra aussi de mettre en place et de maintenir les services de télécommunications d’intérêt public lorsque ceux-ci ne sont pas financièrement rentables ».

 

Cette rencontre a permis d’installer officiellement les organes du Fonds de développement du service universel de télécommunication. Ces organes sont composés de M. Ndongo Diao Administrateur qui est en même temps le Directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (Artp), M. Michel Lamotte, Président du Comité de Direction du Fonds de développement du service universel des télécommunications. Selon M. Michel Lamotte, « ce comité est aussi composé de tous les opérateurs téléphoniques (Tigo, expresso et Sonatel). Mais aussi les structures privées, les organisations des consommateurs et les ministères représentant ».

 

Pour rappel, le fonds est alimenté par des contributions des opérateurs téléphoniques à 3% de leur chiffre d’affaires. Ces contributions sont faites suivant un planning de budget qui peut changer en fonction de leur chiffre d’affaires. Cette participation peut être dégressive tout en tournant autour de 0 à 3%. Cette contribution provient de l’Etat, des bailleurs, des excédants budgétaire de l’Artp, mais aussi des collectivités locales qui veulent être priorisées dans le Fonds de développement du service universel dans leur localité.

 

 

 

Source : Sud Quotidien, 23 février 2010.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires