Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • : Ce site traite de la question des usages des TIC par les collectivités locales, mais aussi par les individus. En Afrique particulièrement, mais également dans le monde.
  • Contact

Rechercher

Archives

19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 13:03

http://www.journaldunet.com/solutions/securite/analyse/vote-electronique-le-bulletin-papier-rehabilite/image/vote-electronique-solutions-securite-343179.jpgLes établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP) sont une catégorie d'établissements d'enseignement supérieur dont font notamment partie les 83 universités françaises. Pour la plupart de ces établissements, plusieurs conseils sont constitués afin de donner leur avis au président d'université ou directeur d'établissement, s'agissant de choix stratégiques de l'établissement. En principe, il y a un conseil d'administration, un conseil scientifique, un conseil des études et de la vie universitaire, et des conseils des unités de formation et de recherche.


Jusqu'à présent l'élection des membres de conseils des établissements publics à caractère culturel, scientifique et professionnel connaît un fort taux d'abstention.

 

Aussi, le Parlement a adopté la loi (n°2010-500) du 18 mai 2010 tendant à permettre le recours au vote par voie électronique lors des élections des membres de conseils des établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel, afin d'améliorer le taux de participation à ces élections. Le verrou législatif qui interdisait jusqu'alors à un établissement d'enseignement supérieur d'organiser l'élection des membres de ses conseils internes en ayant recours au vote à distance par voie électronique, se trouve levé.

 

Désormais, les établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP) pourront recourir au vote à distance par voie électronique sécurisée pour l'élection des membres de leurs instances de gouvernance. Il s'agit par cette réforme de donner l'opportunité à ces établissements d'expérimenter une tentative de dynamisation de leur vie démocratique, à condition qu'ils mettent à disposition de tous les outils nécessaires à l'exercice de ce droit.


En effet, la mise en oeuvre du vote par voie électronique ne sera possible que dans les établissements qui mettent à la disposition des électeurs des ordinateurs dans des lieux dédiés aux opérations électorales.

 

Selon l'article L719-1 modifié du Code de l'éducation, les membres des conseils, en dehors des personnalités extérieures et du président de l'établissement, sont élus au scrutin secret par collèges distincts et au suffrage direct. A l'exception du président, nul ne peut siéger dans plus d'un conseil de l'université. Le renouvellement des mandats intervient tous les quatre ans, sauf pour les représentants étudiants dont le mandat est de 2 ans.


En cas de vacance d'un siège, un nouveau membre est désigné pour la durée du mandat restant à courir selon des modalités fixées par décret.


L'élection s'effectue, pour l'ensemble des représentants des personnels, des étudiants et des personnes bénéficiant de la formation continue, au scrutin de liste à un tour avec représentation proportionnelle au plus fort reste, possibilité de listes incomplètes et sans panachage.

 

L'élection a lieu soit par dépôt d'un bulletin de vote en papier dans une urne, soit par voie électronique sécurisée dans le respect de la loi Informatique et Libertés. Cette dernière modalité peut s'appliquer à condition que, dans l'établissement, soient mis à la disposition des électeurs des ordinateurs dans des lieux dédiés aux opérations électorales. Les électeurs empêchés de voter personnellement sont admis à voter par procuration lorsque le vote par voie électronique n'a pas été mis en place. Quant au vote par correspondance sous pli fermé, il demeure interdit.


Ces dispositions sont applicables en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et dans les îles Wallis et Futuna.

 

 


Source : Net-iris, le 19 mai 2010.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 16:28

clavier-copie-1.jpgInternet a changé les rapports sociaux, les méthodes de travail et les canaux par lesquels les hommes se parlent et se comprennent. Il change également chaque jour davantage l’art de faire de la politique. Le 15 avril, le premier débat opposant Gordon Brown, David Cameron et Nick Clegg, les trois candidats à la primature britannique, a été organisé suivant la formule du « débat politique augmenté ». Ce tout nouveau concept amène des spectateurs à s’impliquer en temps réel dans les discussions via des réseaux sociaux comme Twitter et Facebook. ITV, la chaîne de télévision qui a diffusé la confrontation entre les trois concurrents, a mis en place une plate-forme web permettant à chaque internaute de suivre en direct le débat sur son ordinateur, de le commenter en interagissant avec les autres internautes, et de disposer d’outils synthétiques et d’analyse des réactions en temps réel…

 

Conçu à la base comme un véhicule de l’information, internet est devenu l’instrument d’une participation citoyenne à la vie démocratique. Avec lui, écrit Alexandre Emch, expert en e-communication, « les électeurs se sentent mieux écoutés, mieux compris, et ont, pour la première fois, la possibilité de donner leur opinion sur des forums et à travers des groupes communautaires thématiques. En effet, grâce à des supports innovants comme les communautés de type Facebook, la WebTV ou les podcasts, vecteurs d’une communication dynamique, les hommes politiques ont vu leur visibilité croître, ces médias leur permettant de véhiculer leurs idées et programmes plus facilement et d’entrer en relation one-to-one avec chacun de leurs électeurs ».

 

Le Net est devenu l’outil par lequel les plus jeunes s’initient à la politique. Également la porte d’entrée pour tous ceux qui s’intéressent à la vie publique de leur pays et que les partis rebutent. Barack Obama est l’un des premiers hommes politiques à l’avoir compris, qui a amassé plusieurs millions de dollars en faisant contribuer les internautes à sa campagne victorieuse de 2008 et conquis via la Toile la majorité des suffrages des plus jeunes.

 

Adhésions en ligne, quêtes de fonds, systèmes d’alerte par SMS, propagandes via les réseaux sociaux, fédérations virtuelles, communautés de blogs, WebTV… le terrain de la lutte pour le pouvoir se déplace peu à peu des lieux publics qui abritaient les manifestations populaires aux écrans des ordinateurs. Le discours d’Obama sur la race, long de 63 minutes, vidéo la plus regardée de la dernière campagne électorale américaine, a été vu par 6 millions de personnes sur Youtube, la plus importante plate-forme de partage de films au monde, riche de 1 milliard d’unités.

 

Internet ne fait pas qu’aider à faire élire. Il contribue à amplifier les causes de la société civile et des sans-voix. En dépit de la « fracture numérique », l’Afrique n’est pas en marge de ce mouvement universel. Ses militants altermondialistes, écologistes, droits-de-l’hommistes… s’indignent et dénoncent sur leurs sites respectifs et sur les réseaux sociaux. Ses chefs d’État et ceux qui cherchent à leur ravir la place tissent leur toile sur Facebook, Hi-5, Netlog… En attendant que l’ordinateur, l’électricité et la connexion au réseau deviennent accessibles au bachelier de Siguiri ou à l’ouvrier de ­Bobo-Dioulasso…

 

 

 

Source : Jeune Afrique, le29 avril 2010.

 

 

 

Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 08:00
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/2d/ParcellesAssainies.jpg/300px-ParcellesAssainies.jpgLes jeunes des Parcelles assainies viennent de bénéficier d'un Centre d'apprentissage aux Technologies de l'information et de la communication, mais aussi de sensibilisation sur les méfaits du Sida.

Installé à l'Unité 15, cet espace est le fruit d'un partenariat entre le Forum du futur africain (Ffa) plate-forme sénégalaise du réseau des Jeunes africaines pour le développement (Jade) et la mairie de Paris. L'inauguration a eu lieu le week-end dernier en présence des représentants des deux partenaires.

 

L'objectif est d'encourager les jeunes à mieux se familiariser avec l'outil informatique, selon Bachir Sy, Coordonnateur du Ffa qui informe qu'« un plan de prévention jeunesse du Sida est mis en oeuvre pour mieux accompagner les jeunes ».

 

 

 

 

Source : AllAfrica, le 4 mars 2010.

Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 08:06
http://www.favorisxp.com/fond-ecran/3d-wallpapers/passage-3d-wallpaper.jpgQui n'a pas été mal conseillé par une image trompeuse d'une fausse perspective. Avant que la 3D Temps Réel ne devienne - peut être - un terrain douteux, destiné à vivre de mauvaises réalités sinon sensations, une charte de la 3D est apparue. Et c'est tant mieux ! On regrettera toutefois l'absence de charte pour la 3D sur le WEB.
Explications.

"En matière d’aménagements urbains, la 3D s’impose comme une étape incontournable, notamment dans les processus de sélection des projets et dans les pratiques de concertation.

Le problème est que la 3D, mal utilisée, peut embellir singulièrement la réalité voir la déformer. Conscient de ces risques, les acteurs de la 3D ont élaboré une charte d’éthique de la 3D à destination des collectivités locales, des géomètres, architectes et urbanistes.

Les signataires s’engagent « à créer des images de synthèse ou des scènes tridimensionnelles qui ne soient pas susceptibles d’influencer à son insu le décideur, le maître d’ouvrage ou le public utiliser uniquement des données fiables et actuelles, privilégiant l’usage de données officielles, de qualités adéquates et suffisantes, représentatives du territoire concerné par le projet ». Pour garantir des maquettes réalisées en toute transparence, ils s’engagent « à documenter les données d’origine intégrées à la scène tridimensionnelle et l’image de synthèse, préciser les objectifs de la scène tridimensionnelle, indiquer les éléments subjectifs appropriés appliqués à la scène tridimensionnelle, accompagner la scène tridimensionnelle d’une légende adéquate, mentionner toute transformation des données renoncer à l’usage de données qui lors de leur acquisition porteraient atteinte à la sphère privée des personnes ".



Source : 3D Web Center, le 2 mars 2010.



Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 08:02
A Guiyu, en Chine, plus de 100 000 ouvriers, sous-payés et travaillant dans des conditions sanitaires déplorables, s'attellent régulièrement au recyclage de produits électroniques, selon des organisations non gouvernementales. Cette ville du Sud-Est chinois est-elle condamnée à rester le symbole des travers de la "pollution high-tech" ? Ça se pourrait. Un rapport du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), publié lundi 22 février, indique que les quantités de déchets électroniques devraient encore fortement augmenter durant les dix prochaines années.

http://www.lemonde.fr/image/2007/06/11/575x385_1467456_0_bd3b_ill-921993-e-scrappers.jpgUn dépôt d'ordinateurs usagés dans la ville chinoise de Guiyu, en 2006.


Ordinateurs, téléphones portables, téléviseurs ou même réfrigérateurs en fin de vie... La nouvelle étude, qui porte sur onze pays, dont la Chine, l'Inde et le Brésil, rappelle que la croissance mondiale des e-déchets s'élève à 40 millions de tonnes par an. Dans une précédente étude réalisée en 2005, l'organe onusien évaluait déjà cette croissance entre 20 et 50 millions de tonnes par an.

 

"Tous les cinq à huit ans, les stocks d'ordinateurs personnels sont remplacés, ce qui les transforme aussitôt en e-déchets", note le rapport. Avec un milliard de terminaux mobiles vendus en 2007, contre 896 millions en 2006, les équipements électroniques d'aujourd'hui constituent donc les déchets de demain.

 

"LA CHINE, DÉCHARGE DES PAYS DÉVELOPPÉS"


"Malgré une interdiction des importations de déchets électroniques, la Chine demeure la décharge des pays développés", souligne aussi le document. Mais désormais, le pays doit aussi faire face à la demande intérieure. A elle seule, la Chine produit déjà environ 2,3 millions de tonnes de déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) par an, uniquement devancée par les Etats-Unis, qui en produisent 3 millions.

 

Le phénomène devrait aussi se poursuivre durant les dix prochaines années dans les pays étudiés par le PNUE. En 2020, la quantité de déchets électroniques liés aux seuls ordinateurs hors d'usage devrait bondir de 500 % en Inde, entre 200 et 400 % en Afrique du Sud ou en Chine, par rapport au niveau de 2007. En Chine, les déchets liés aux terminaux mobiles seront par ailleurs 7 fois plus nombreux qu'en 2007, et 18 fois plus nombreux en Inde. Le nombre de déchets liés aux téléviseurs ou aux réfrigérateurs devraient aussi doubler en dix ans en Inde et en Chine.

 

UNE "E-OPPORTUNITÉ" ?


Cette augmentation pose d'abord des problèmes environnementaux et de santé publique. Les équipements électroniques actuels renferment en effet jusqu'à 60 composants différents, dont de l'or, de l'argent ou du platine. "La plupart des e-déchets chinois sont brûlés par des recycleurs dans des arrière-cours, afin de recueillir des métaux précieux comme comme l'or", note le rapport, qui préconise l'instauration d'une véritable filière de recyclage, moins nocive et plus efficace.


L'organe onusien pointe aussi les effets néfastes des déchets électroniques sur les émissions de gaz à effet de serre. Les émissions liées à l'extraction des matériaux nécessaires pour les produits électroniques représenteraient 23 millions de tonnes, soit 0,1 % des émissions mondiales de CO2. Ces chiffres n'incluent pas les émissions liées à l'assemblage des appareils.

 

Les responsables du PNUE se veulent toutefois optimistes. "Promouvoir le recyclage dans les pays en voie de développement peut engendrer des emplois décents" ou encore "réduire les gaz à effet de serre." De nombreux pays peuvent transformer un "e-defi", en "e-opportunité", soulignent-ils. Mais parmi les pays étudiés, tous ne sont pas égaux : "Le Brésil, la Colombie, le Mexique, le Maroc et l'Afrique du Sud ont le plus grand potentiel pour établir des technologies de pointe en matière de recyclage", précise le rapport.

 

 

 

 

Source : Le Monde, 22 février 2010.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 08:00
Après avoir vu comment profiter simplement (parfois) d'une connexion internet sans fil, allons voir comment les villes de France et au-delà de nos frontières abordent la question du Wi-Fi.

 

Pas de doute et quoi qu’en disent les défenseurs de nos fragiles petites cellules, le Wi-Fi est partout. Son intégration quasi systématique dans tous les produits communiquant rend les envies de connexion, hors 3G/3G+ (et bientôt 4G) bien plus pressantes. Alors histoire de ne jamais perdre le sans-fil, voici un petit tour d’horizon de ce qui se fait, ou aurait pu se faire, dans quelques villes de France et d’ailleurs.

 

On soigne sans fil à Clermont-Ferrand


techyouwwificfAlors que la ville elle-même se fend d’un maillage sur les places publiques avec accès gratuit grâce à la société Noodo, c’est bien du côté de son tout nouvel hôpital, bientôt inauguré, que la ville de Clermont-Ferrand impressionne. L’hôpital d’Estaing se voit ainsi constellé de bornes d’accès Wi-Fi (près de 500 !) gratuites. Et ce n’est pas tout puisque le centre hospitalier proposera en complément un réseau de téléphonie Wi-Fi avec 350 combinés. On peut s’étonner de la teneur et de l’ampleur du projet quand on interdit encore l’accès aux cellulaires dans les hôpitaux.

 


Blanquefort et Bourges à FON


techyouwwifisfrSouvenez-vous, FON, fournisseur de box/routeurs Wi-Fi à usage communautaire évolué, équipe de plus en plus de particuliers. Eh bien la ville de Blanquefort, en Gironde (33), en a fait la locomotive de l’équipement en Wi-Fi de toute la commune, en plaçant les habitants au centre de la réussite du projet. Le maire a donc fait acquisition de 1 000 Foneras à 15 euros pièce, puis les a distribuées au internautes volontaires de Blanquefort. Résultat, le Wi-Fi est disponible dans tout la ville, gratuitement. Une petite révolution web, à l’échelle locale !

 

La ville de Bourges y va aussi de son petit maillage FON avec, depuis la fin de l’année dernière, une cinquantaine de de Foneras disséminés dans la ville. Les Foneros y ont logiquement accès gratuitement, tandis que les autres surfeurs doivent s’acquitter d’un abonnement mensuel.

 

… comme Genève


techyouwwifignRévolution que s’est empressée de suivre la ville de Genève. Avec une mise de départ de 500 foneras offertes aux premiers inscrits, FON et son Wi-Fi communautaire se sont propagés à grande vitesse dans la ville suisse. Le concept de FON est logiquement appelé à couvrir largement les environnement urbains, ne serait-ce que par les partenariats passés avec les différents opérateurs locaux, comme en France, avec SFR. L’accès au réseau Fonera est ainsi ouvert et gratuit aux abonnés ADSL SFR via la sélection de l’option dans les paramètres de la box.

 

London Wi-Fi calling


Depuis 3 ans, Londres s’active beaucoup pour entrer dans le gotha des villes où il fait bon vivre son internet sans fil. Boris Johnson, son charismatique maire déjanté, s’est lancé le défi d’équiper le prochain hôte des JO d’été en 2012 avec une multitude de hotspots permettant un accès gratuit au web. Les habitués de l’Eurostar peuvent déjà capter plusieurs connexions à la gare de St-Pancras. La City, Picadilly Circus, tous les points névralgiques y passent. Au moins, si nos athlètes se plantent, ils pourront toujours surfer tranquillement et gratuitement en 2012.

 

San Francisco : la presque bonne idée de Google


techyouwwifisfD’abord rumeur persistante maintes fois démenties, le projet EarthLink vit presque le jour il y a deux ans, à San Francisco. Sous l’impulsion de Google et de plusieurs autres sociétés, l’idée était d’offrir aux habitants de la ville un accès complet au Wi-Fi via deux offres. Big Browser et EarthLink pour l’accès, Motorola et Tropos pour l’infrastructure réseau, le tout sous forme d’abonnement mensuel.


Google avait alors mis au point un astucieux mode de localisation des connexions afin de proposer aux utilisateurs de l’accès des offres commerciales des échoppes situées tout près. Scrutage des connexions, maillage Wi-Fi apportant des inquiétudes sur la santé et montée au créneau de diverses associations auront finalement raison de cette bonne idée… techyouwwifisfbReprise immédiatement et avec succès par Meraki Networks.

 

Fondé sur le communautaire selon un modèle à peu près équivalent à FON (dont il est l’un des concurrents sérieux), le système de Meraki répète un même signal Wi-Fi sur l’ensemble de la cité californienne. La différence avec FON ? Ce protocole « Mesh » de répétition de signal et la mise en place d’infrastructures et leur suivi. Et San Francisco ne s’arrête pas en si bon chemin et proposera même, d’ici à 2013, des abribus Wi-Fi alimentés par panneaux solaires !

 

Tokyo : pas si ouvert


Qui dit Japon dit high tech et on attend de fait de la ville nippone une bonne leçon en matière de connexions sans fil. Et si le néon géant profite d’un large maillage de connexions via cybercafé ou signaux public et privé ouverts (restaurants et fastfood) à tous, la résistance s’organise du côté des défenseurs de l’hygiène humaine avec une idée farfelue mais opérationnelle : la peinture anti-wi-fi !

 

techyouwwifijppMise au point par des chercheurs de l’université de Tokyo, cette peinture possède des propriété filtrantes étonnante puisqu’elle bloque tout signal radio jusqu’à 200 Ghz (2,4 Ghz pour le Wi-Fi et jusqu’à 1,9Ghz pour les mobiles). Le blog Useless Code (Geek Arlier) surnomme ingénieusement le procédé « la cryptonite du geek ». De quoi créer une zone blanche parfaite. Les chercheurs tenteraient aussi d’appliquer ce procédé aux textiles, histoire de développer des vêtements pour femmes enceintes.

Mais ne vous en faîte pas, il reste encore quelques innovations bien sympathiques, comme la connexion wi-fi gratuite disponible dans les nouveaux bus ralliant l’aéroport Narita au centre de Tokyo. Aussitôt posé, aussitôt connecté !

 

Pékin, l’empereur du Wi-Fi ?


techyouwwifibjL’immense cité chinoise a profiter des derniers Jeux Olympiques, qu’elle organisait, pour se faire une petite beauté côté technologie wireless. Baptisé Beijing Wicity Project, ce titanesque projet promettait la couverture de tout le centre de Pékin, soit plus de 100 km2 ainsi que de plusieurs faubourgs, chose rare et appréciable. Pari réussi. Gratuit pendant les JO 2008, l’accès est aujourd’hui payant (il faut passer par l’opérateur Chinacomm). Si vous vous rendez en Chine, l’accès au web en toute liberté restreinte, c’est à Beijing que ça se passe !

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : Tech'You, le 26 février 2010.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 08:00
http://bellaciao.org/fr/IMG/jpg/Violences_faites_aux_femmes.jpgCes bracelets serviront à tenir à distance les conjoints violents, précise Michèle Alliot-Marie. Il s'ajoute à plusieurs mesures de protection des victimes.

Le gouvernement a annoncé jeudi 25 février la prochaine mise en place de bracelets électroniques pour lutter contre les violences faites aux femmes. Ils serviront à tenir à distance les conjoints violents.


Ce dispositif de bracelets électroniques devait être présenté dans l'après-midi sous forme d'un amendement gouvernemental à la proposition de loi contre les violences faites aux femmes, portée par tous les groupes politiques et en débat à l'Assemblée.

 

156 femmes décédées


Faisant état de 156 femmes décédées sous les coups de leurs compagnons en 2008, la ministre Michèle Alliot-Marie a souligné que la "prévention et la dissuasion de la violence conjugale exigent des moyens renforcés et renouvelés".


Parmi ceux-ci, elle a évoqué la mise à disposition de téléphones portables d'alerte pour les femmes victimes de violences conjugales, un dispositif utilisé par le tribunal de grande instance de Bobigny et dont la chancellerie a souhaité la généralisation. "Un décret a été pris en ce sens", a précisé la garde des Sceaux.


A propos du bracelet électronique, inspiré de l'exemple espagnol, il permettra, a indiqué la ministre, de "signaler à distance que l'ex-conjoint violent de la victime se trouve à proximité".


Le bracelet pourra être mis en place dans plusieurs cas: "avant le jugement, dans le cadre d'une assignation à résidence avec surveillance électronique", "après le jugement, dès lors que la peine encourue est de cinq ans d'emprisonnement", enfin, "en cas de menaces commises au sein du couple et pas uniquement de violences avérées", a précisé Michèle Alliot-Marie.

 

Un texte consensuel


La proposition de loi visant à renforcer la prévention et la répression des violences faites aux femmes est présentée par des députés de gauche et de droite.


Le texte crée notamment une "ordonnance de protection des victimes", permettant à un juge de statuer dans les 24 heures en cas d'urgence, et un "délit de violence psychologique".


La proposition de loi, déposée par les députés Danielle Bousquet (PS) et Guy Geoffroy (UMP), est issue du travail de la mission d'évaluation des politiques de lutte contre les violences faites aux femmes, mise en place en décembre 2008. Le texte a été cosigné par des députés issus de tous les bancs de l'Assemblée.


Selon ses auteurs, la mesure la plus innovante du texte est la création d'une "ordonnance de protection des victimes". Celle-ci doit permettre à un juge de statuer dans les 24 heures, par exemple sur l'éviction de l'auteur des violences du domicile conjugal ou sur la garde temporaire des enfants, dans les situations urgentes. Seront concernés les couples mariés, mais également les partenaires d'un Pacs et les concubins.


Les mesures prises dans le cadre de cette ordonnance de protection auraient une durée maximale de quatre mois avec possibilité de prolongation "en cas de dépôt par la victime d'une requête en divorce ou en séparation de corps".


La victime pourrait alors "dissimuler son adresse et élire domicile chez son avocat ou auprès du procureur de la République". En cas de violation de ces mesures, le conjoint violent s'exposerait à deux ans de prison et 15.000 euros d'amende.

"Renforcer la chaîne de la sécurité"


Le texte vise également à compléter l'arsenal juridique français, en créant un "délit de violence psychologique ou morale" et un délit de "contrainte au mariage".


Enfin, en ce qui concerne la protection des étrangères, la proposition de loi prévoit d'accorder ou de renouveler le titre de séjour des femmes venues en France au titre du regroupement familial, mais qui ont dû se séparer de leur mari en raison de violences. Un autre article permet la délivrance d'une carte de séjour aux personnes en situation irrégulière ayant subi des violences conjugales.

 

 

 

Source : Femmes au centre, le 26 février 2010.

 

 

 

Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 09:08
http://unjardinextra.free.fr/Images%20cours/schema_TBi.jpgLe REPTA équipe et forme les professeurs à l’usage des nouvelles technologies

L’association REPTA ("Réseau éducation pour tous en Afrique") met en place et anime un réseau d’enseignants et d’éducateurs utilisant des Tableaux Numériques Interactifs, pour des jeunes qui ne sont plus pris en charge par les systèmes éducatifs formels en Afrique. Gabriel Cohn-Bendit, son fondateur, défend les méthodes alternatives pour dynamiser la formation et stimuler les étudiants.

Les nouvelles technologies au service de l’éducation des plus démunis. Accéder directement au numérique sans passer par les phases intermédiaires, c’est le défi que lance Gabriel Cohn-Bendit à 26 écoles situées dans 5 pays d’Afrique de l’Ouest : le Bénin, le Burkina-Faso, le Mali, le Niger et le Sénégal. Ayant noué une alliance avec Smart Technologies, leader des TNI (« tableaux numériques interactifs »), le fondateur du REPTA entend apporter un maximum de Smartboards dans les salles de classe de la brousse et des villes africaines. « Il m’est insupportable de penser que cet outil que je trouve fantastique ne soit pas disponible en Afrique », lance Gabriel Cohn-Bendit, fondateur du REPTA en 2003. Le Smartboard est un tableau tactile généralement équipé d’un stylet quatre-couleurs et d’un vidéo-projecteur voire même d’un appareil photo numérique. « L’affichage se fait d’abord sur son ordinateur puis en plus grand sur son tableau », explique Julien Mandelsohn, employé à l’avant-vente de Smart Technologies. « L’interface avec le PC permet de naviguer sur diverses applications et, grâce à un logiciel baptisé ‘notebook’, de faire des éditions dans ses leçons. Les modèles que nous avons envoyés en Afrique sont de petites tailles, environ 40 pouces, soit environ 1 mètre ».

Toujours en « phase expérimentale », les TNI ont été introduits dans 2 sites au Bénin, 10 au Burkina Faso, 4 au Mali, 6 au Niger et 5 au Sénégal. « Suite à nos expériences avec les premières formations, nous sommes en mesure de dresser un premier bilan » affirme Gabriel Cohn-Bendit après être allé évaluer la situation sur le terrain. « C’est plus difficile qu’on ne le croyait. Les gens ne savent pas tous manier l’ordinateur comme en France. Le problème des connexions Internet pas toujours assurées n’est en revanche pas très important. On peut vraiment mettre beaucoup de choses sur un disque dur ».

Former les formateurs


Selon M. Cohn-Bendit, certains précepteurs africains rechignent un peu à opérer la transition du tableau noir classique vers le tableau blanc interactif. « Pourquoi changer quelque chose qui marche bien ? » interrogent-ils. Le problème est ailleurs font-ils valoir : « Si les jeunes ne regardaient pas autant la télé, et si les familles s’occupaient plus de leurs enfants… »

Evidemment, un changement ne se fait pas sans petits accrocs. L’association REPTA tente de vanter les nombreux attraits de ces tableaux qui permettent, en interface avec l’ordinateur personnel, de faire des choses étonnantes et surtout plus stimulantes pour des élèves parfois peu captivés. L’équipement en matériel est accompagné d’une formation initiale à l’usage des Tableaux Numériques Interactifs de cinq jours. Une période de formation jugée trop courte par l’ancien professeur et qui sera certainement révisée à la hausse. « Au Niger, les formatteurs restent trois semaines sur place. Nous allons essayer de faire la même chose ailleurs ».

En 2010, 4 autres sites à Madagascar et 4 au Maroc seront équipés de ces fameux smartboards. « Avec ce programme, nous nous adressons en premier lieu aux enfants et jeunes exclus des systèmes formels d’éducation (enfants des rues, enfants et jeunes des zones rurales n’ayant pas accès à l’école, jeunes enfants, jeunes non alphabétisés). Nous sommes convaincus que l’accès aux TICE (Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement, ndlr) est un élément clé pour favoriser l’éducation de ces populations défavorisées et le développement de leur communauté. A ce titre, nous sommes ravis d’avoir trouvé en SMART Technologies un partenaire de confiance pour nous accompagner dans ce projet de manière durable et œuvrer à nos côtés pour l’éducation pour tous en Afrique », explique Gabriel Cohn-Bendit.

« Internet va arriver très vite en Afrique », s’enthousiasme ce militant français de l’éducation alternative. Une plateforme de ressources permet même aux professeurs d’échanger sur leurs méthodes de travail avec leurs homologues de par le monde. L’Afrique pourrait-elle bénéficier en même temps que les autres du tournant numérique que prend l’éducation ? Sans doute un rêve, mais si la transition vers une offre éducative innovante se réalise, même en léger différé, il y aura de quoi se réjouir.



Source : Africtice Network



Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 09:05
http://www.linternaute.com/sante/magazine/dossier/portable-danger-sante/index.jpgDoit-on interdire les téléphones aux enfants ? Quels risques pour notre cerveau ? Jean-Marie Danjou, délégué de l'Association française des opérateurs mobiles a répondu à vos questions lors d'un chat.









jean-marie danjou est délégué général de l'association française des opérateurs




Jean-Marie Danjou est Délégué Général de l'Association française des
opérateurs mobiles et Joël Amar consultant. ©  L'Internaute / Cécile Debise

Ondes : "Aucun effet sanitaire n'est établi"

 Peut-on être sûr que les ondes n'ont pas d'effets sur la santé ?

Jean-Marie Danjou et Joël Amar : Nous représentons les opérateurs de téléphonie mobile et, sur les questions de santé, nous nous référons à la position des autorités sanitaires. L'Afsset (NDLR : Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail), fin 2009, a analysé 3 500 publications scientifiques sur l'ensemble des ondes radio. Il confirme qu'aucun effet sanitaire n'est établi, quel que soit l'émetteur : émetteurs radio, TV, antennes-relais, téléphone mobile, box wifi et autres appareils domestiques... A partir de ces études, l'Afsset fait une recommandation générale de réduire les expositions aux ondes radio. Toutefois, elle précise en amont que cette recommandation n'a pas de fondement sanitaire.

 

 Que penser de l'expérience dernièrement très médiatisée sur la guérison de souris atteintes d'Alzheimer grâce aux ondes de téléphone portable ?


Nous avons pris connaissance de cette étude dans les médias. Nous imaginons que les autorités sanitaires vont l'analyser et vont se prononcer à son sujet.


"L'hypothèse d'éventuels effets à long terme ne peut pas être exclue"

 Pourquoi n'applique-t-on pas le fameux principe de précaution tant utilisé dans d'autres domaines ?


Précisément, le ministère de la Santé applique une approche de précaution à propos des téléphones mobiles (et seulement des téléphones mobiles ; il ne fait pas cette recommandation à propos des antennes).

Il applique cette approche parce qu'aucun risque n'est établi pour la santé (plus de 3 500 publications scientifiques sur les ondes radio), mais l'hypothèse d'éventuels effets à long terme ne peut pas être exclue.

L'approche de précaution consiste en des gestes simples qui permettent de réduire l'exposition des utilisateurs aux ondes radio au niveau de la tête, comme par exemple utiliser un kit oreillette.

Les opérateurs relaient eux aussi ces recommandations dans un dépliant "Mon mobile et ma santé", déjà diffusé à plus de 18 millions d'exemplaires.

 

 Le seul effet sanitaire mis en évidence à l'heure actuelle est thermique. Quels sont vos conseils pour l'éviter ?


Les autorités sanitaires (OMS, France...) ont fixé des seuils à ne pas dépasser pour l'exposition aux ondes radio. Ces seuils protègent de tous les effets et donc des effets thermiques.


"Pas de lien entre les antennes-relais et les cancers"

Il y a une antenne de téléphone portable à côté de chez moi et de l'école de mes enfants, dois-je m'inquiéter ? J'ai entendu parler de cas de leucémies.

Je parlais précédemment du rapport et de l'avis de l'Afsset. Après avoir analysé ces documents, le ministère de la Santé a publié un communiqué, le 15 octobre 2009, indiquant qu'il n'existe aucun risque sanitaire identifié pour les riverains d'antennes-relais. L'analyse des études scientifiques ne montre aucun lien entre les antennes-relais et les cancers, dont la leucémie.

 

 Où en sommes-nous de l'interdiction des antennes relais à proximité des écoles ?


L'Afsset et le ministère de la Santé n'ont jamais recommandé d'interdire l'installation des antennes à proximité des écoles. Et une telle interdiction n'a jamais figuré dans la réglementation.


"Utilisation modérée du téléphone par les enfants"

Les femmes enceintes peuvent-elles utiliser les téléphones portables sans risques ?

Il existe une recommandation spécifique des autorités sanitaires à l'attention des femmes enceintes : éloigner le téléphone mobile du ventre quand vous l'utilisez avec un kit oreillette. Pour le reste, la conclusion du ministère de la Santé, que j'ai déjà citée, vaut aussi pour les femmes enceintes.

 

 Selon vous, devrait-on interdire l'usage du portable aux enfants ? Et si oui à partir de quel âge ? Mon fils de seulement 9 ans utilise déjà le portable de la maison et ça m'inquiète !


Le ministère de la Santé invite les parents à la prudence et conseille une utilisation modérée du téléphone mobile par les enfants. Cela fait partie de son approche de précaution. Les opérateurs mobiles français ne font ni marketing ni publicité en direction des enfants.

 

De ce fait, la France est le pays de l'Union européenne où le taux d'équipement des enfants de 6 à 10 ans est le plus bas, et de loin : 7 % contre une moyenne européenne de 26 % et certains pays sont au dela de 50 %...

 

"Un portable posé sur une table n'émet pas d'ondes"

Est-ce vrai qu'il est "dangereux" de dormir avec son téléphone s'il est allumé, sur la table de nuit?


Lorsque le portable est posé sur une table et que vous ne l'utilisez pas, il n'émet pas d'ondes, sauf une fois toutes les 3 heures en moyenne pour se signaler au réseau et sauf, dans le cas d'un Smartphone, s'il se connecte automatiquement à Internet par exemple pour consulter votre boîte e-mail.

 

 Les ondes cessent-elles totalement une fois que le portable est complètement éteint ?


Oui.

 

 Peut-on mesurer le niveau d'ondes reçues à son domicile ? A partir de quel niveau est-ce dangereux ?


Oui, le niveau d'exposition aux ondes peut être mesuré à votre domicile. Les mesures sont complexes à réaliser et nécessitent de recourir à un laboratoire accrédité, qui utilise le protocole de mesure réglementaire de l'Agence nationale des fréquences.

 

La réglementation exige que l'exposition ne dépasse pas les seuils recommandés par l'OMS dans l'objectif de protéger la santé. Ces seuils sont par exemple de 28 V/m pour la radio FM ou de 41 V/m pour la téléphonie mobile 900 MHz.


"Les ondes sont considérablement réduites par les kits"

Les kits mains libres et oreillettes bluetooth sont-ils vraiment efficaces pour diminuer les ondes ?

Oui, l'utilisation d'un kit oreillette, qu'il soit filaire ou bluetooth, permet de réduire l'exposition de la tête aux ondes radio pendant les communications. La réduction est d'au moins un facteur 10 pour les kits filaires et en moyenne d'un facteur 100 pour les kits bluetooth par rapport au Das du mobile.

 

 Qu'est-ce que l'indice Das ?


Le Das est le débit d'absorption spécifique. Il désigne le niveau maximal d'ondes radio auquel l'utilisateur peut être exposé lorsque le téléphone mobile est contre l'oreille et qu'il fonctionne à sa puissance maximale.

Tous les téléphones mobiles commercialisés en France ont l'obligation réglementaire d'avoir un DAS inférieur à 2 W/kg, la limite recommandée par l'OMS pour protéger la santé.

 

 Que faut-il penser des autocollants qu'on pose sur les téléphones pour limiter les ondes émises vers le cerveau ?


Ces accessoires n'ont aucun effet sur votre exposition aux ondes radio. Dans certains cas, ils augmentent même cette exposition. Cela peut ressembler à de l'arnaque !

 

"Le téléphone augmente les risques d'accidents de la route"

Existe-t-il des études prouvant un lien entre l'utilisation du portable au volant et le nombre d'accidents de la route et quelle est votre position à ce sujet ?


Le seul risque effectivement avéré de l'utilisation du portable est de téléphoner en conduisant. Nous recommandons de laisser la messagerie répondre si on est appelé alors qu'on est au volant et de s'arrêter dans un endroit sûr pour passer un appel. Nous avons fait des campagnes radio avec la sécurité routière sur ce thème.

 

 Quels sont les principaux conseils à retenir ?


Les conseils du dépliant " Mon mobile et ma santé " sont des conseils donnés d'abord par le ministère de la Santé et par l'Afsset.

- Utiliser un kit oreillette pendant les appels téléphoniques.

- Téléphoner de préférence dans les zones de bonne réception radio (4 barrettes à l'écran de votre mobile).

- Privilégier un mobile à faible Das (Afsset).

- Inciter les enfants à faire une utilisation modérée du téléphone mobile.

 

 

A lire aussi

Notre dossier : Le portable est-il dangeureux pour la santé ?

 

Jean Marie Danjou est le délégué général de l'Association française des opérateurs mobiles (Afom) et Joël Amar est consultant pour l'Afom.

 

Le dépliant "Mon mobile et ma santé" est disponible sur le site de l'Afom.

Sur le site Mobile et Santé ouvert récemment, vous trouverez des compléments d'information et pourrez poser d'autres questions.

Le site lancé par le ministère de la Recherche sur les ondes : Les ondes en questions.

 

 


Réalisé par Gaëlle Monfort, L'Internaute Publié le 23/02/2010.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


























Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 09:20

http://www.prun.net/img/articles/greenpeace-logojpg.jpgL'organisation non gouvernementale de protection de l'environnement Greenpeace invite la population à tirer profil des nouvelles technologies pour demander au gouvernement de protéger les forêts québécoises.

 

Le gouvernement est actuellement en commission parlementaire pour apporter des modifications à la Loi 57 sur l'aménagement durable du territoire forestier. Selon Greenpeace, l'État « s'apprête à réallouer 88 % de nos forêts publiques à l'industrie sans laisser de place à la conservation. »

 

Greenpeace lance donc une opération textos. Elle demande aux gens d'envoyer des messages textes à Richard Savard, Sous-Ministre à Forêt Québec.

 

L'organisme donne quelques exemples de messages à envoyer : « Protégez les forêts intactes » ou encore « Urgent : la forêt a besoin d'aires protégées ».

 

Je me demande si cette opération va être un succès. Je me demande aussi si le téléphone de monsieur Savard va être capable de recevoir autant de minimessages. J'espère aussi que le sous-ministre a un bon forfait pour les messages textes, sinon la facture risque de monter assez vite. Quoi qu'il en soit, il ne fait aucun doute que Greenpeace utilise les nouvelles technologies pour l'aider à faire passer son message.

 

Si vous souhaitez obtenir plus d'informations sur ce projet, je vous invite à consulter le site Internet de Greenpeace à cette adresse.



Source : Branchez-vous Techno, le 23 février 2010.
Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article