Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • : Ce site traite de la question des usages des TIC par les collectivités locales, mais aussi par les individus. En Afrique particulièrement, mais également dans le monde.
  • Contact

Rechercher

Archives

7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 11:52
Pour la deuxme année consécutive, l'association Villes Internet, soutenue par le ministère de l'Éducation nationale, invite les écoles maternelles et primaires françaises à participer au dispositif Écoles Internet pour recevoir le label les récompensant pour leur utilisation pédagogique d'Internet.

Depuis dix ans, l'association Villes Internet promeut l'utilisation d'Internet en France et récompense les villes qui mettent en place des dispositifs pour faciliter l'accès à Internet à tous, avec son label « Villes Internet ».

Lors de la Fête de l'Internet 2008, l'association avait décidé d'aller plus loin en créant un nouveau label « Écoles Internet ». Ce label a pour objectif de valoriser les écoles du premier cycle en France qui utilisent les fonctionnalités d'Internet pour mettre en place des actions et des activités pédagogiques.

L'an dernier, ce label avait permis de récompenser 64 écoles sur les 93 qui avaient participé. Cette année, l'association va essayer d'attirer encore plus d'écoles participantes. D'ailleurs, une simple classe, plusieurs classes d'une même école, ou une école entière peuvent s'inscrire.

En s'inscrivant, les participants doivent remplir un questionnaire en ligne et détailler leurs usages d'Internet autour de cinq grands thèmes de l'Internet éducatif (consultables en page d'accueil du site Écoles Internet). Ils devront, par exemple, préciser s'ils ont un site Web pour leur école, s'ils font des échanges et communications en ligne, s'ils utilisent des ressources numériques, du multimédia, s'ils possèdent une charte Internet, etc.

Il est possible de s'inscrire en ligne jusqu'au 1er juin 2009 et de modifier les réponses au questionnaire jusqu'à cette date. Tous les participants, en se connectant avec leurs identifiants personnels, pourront consulter les fiches des autres écoles et partager ainsi les expériences. Par ce biais, l'association Villes Internet cherche à mutualiser les initiatives. Le questionnaire a aussi été amélioré et enrichi.

Les écoles labellisées seront ensuite informées en octobre 2009 et recevront leur label au salon Educatice en novembre 2009.

Pour plus d'informations sur le dispositif et s'inscrire, rendez-vous sur www.ecoles-internet.net


Source : Infobourg, le 7 avril 2009.



Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 11:34

Gérer son image sur le web est devenu stratégique pour une entreprise

Influence du web2 au travers des blogs, hubs et forum de discussion est considérable. La gestion de l'image que projette une entreprise est devenue une problématique clé. La réputation d'une entreprise, censée représenter 70% de sa valeur et Internet forment un nouveau couple indissociable dont la gestion soulève beaucoup d'interrogations.

Le web laisse des traces sur la qualité produit, le service, la gestion du personnel qui reflètent la valeur de la marque. Les stratégies de communication intègrent depuis peu ce nouveau support. L'évolution de l'outil Internet frise la démesure. Il faut maintenant veiller, filtrer, décrypter l'ensemble des bruits du web pour repérer, contre attaquer, mettre en place les outils de défense et anticiper. Pour mémoire, début 2008 nous comptions plus de cent millions de blogs, 1.2 million de posts jour ; Aujourd'hui, il y aurait environ 30 milliards de site web en ligne. Hier simple observateur, nous devons maintenant devenir acteur.

Parmi les responsables de communication, 92% estiment que le web contribue très largement à la réputation de l'entreprise, 40% d'entre eux n'ont pas de vision claire du retour sur ce qui se dit à leur sujet et 81% révèlent de pas connaître les leaders d'opinion qui façonnent les perceptions de leurs consommateurs sur le web.

Les forums et blogs sont de véritables bassins d'informations et caisses de résonance pour qui sait les exploiter. Il est nécessaire de prendre conscience de l'indéniable influence du web. Il faut développer une éthique d'entreprise dont la transparence est le maître mot et investir dans des solutions de recherche et d'analyse permettant un suivi régulier et efficace des blogs, forums et sites Internet de la presse traditionnelle.

Le network en ligne : une conséquence de l'évolution internet

Phénomène récent dont la fulgurante ascension a surpris en 2008, le networking représente un temps de connexion de plus en plus fort. Les deux tiers de la population Internet rendent visite à un réseau, blogs inclus cela représente plus de 10% du temps passé sur internet. Le comportement des gens en est affecté en profondeur. Le temps de connexion ne cesse d'augmenter. Pour exemple, le temps passé sur Internet augmente de 20% de janvier 2008 à janvier 2009 lorsque celui passé sur les réseaux augmente lui de 65% pour un total de 47 milliards de minutes. Face book a augmenté de presque 600%. Il y a tout juste un an, le temps passé était d'une minute sur quinze minutes en ligne contre une pour onze aujourd'hui. En Angleterre, c'est une sur six minutes contre 13 un an plus tôt. Au Brésil, férus de network, une sur quatre minutes.

La tranche d'age en hausse est de 7% pour les + de 65 ans, 4% pour les 50/64 ans, 2% pour les 35/49, reste stable pour les 18/34 ans et baisse nettement pour les 2/17 ans (-9%).
L'audience s'est donc élargie et les âgés s'y sont mis.

La monétisation du modèle

Plus il y a de publicité, plus l'internaute fuit le site. Le partenariat semblerait la seule solution viable pour le futur. On assiste à une augmentation de consommation des réseaux professionnels tels Linked in pour +137%. XING vient de publier ses excellents résultats dont le CA augmente de 80% avec un bénéfice en hausse de 85%. Selon le leader européen, le potentiel du marché en Allemagne, en Autriche, en Suisse est suffisant pour doubler le nombre d'abonnés sur chacun de ces marchés dans les années à venir. XING propose ses services de mise en relation en seize langues à plus de 7 millions d'utilisateurs dont 550 000 abonnés payants. Par comparaison, Linked in revendique environ 9 millions de membres en Europe, mais sans préciser le taux de transformation en abonnement payant. Le business model repose surtout sur les abonnements, la publicité en ligne et les partenariats, moins visibles mais solution d'avenir. Le taux de transformation d'un utilisateur gratuit en abonnement est faible et souvent inférieur à 9%. La publicité en ligne ne doit pas être trop présente pour éviter de faire fuir l'internaute dont la confiance à l'égard du message publicitaire s'étiole en termes de crédibilité. Rien ne vaut le témoignage favorable d'un internaute inconnu sur un forum à propos d'un produit. Les sociétés iront recruter des bloggeurs et modérateurs de tous horizons pour faire savoir ce qu'ils savent faire. De nouveaux métiers et de nouvelles formations devraient faire leur apparition au niveau des formations, des DRH et des DSI, veille stratégique internet, consultant on line, networker : sorte d'agent de lobbying en ligne pour transformer ses compétences du net en stratégie de communication au service de l'entreprise. Pour les courageux, sur beaucoup de réseaux en ligne, chaque fois que dix contacts invités par vos soins prennent un abonnement premium, vous bénéficiez d'un mois gratuit d'abonnement. Je me retrouve dans une situation malgré moi ou je suis inscrit jusqu'en 2012, 2014 et 2015 sans débourse un centime. Certains pourraient penser que c'est le moteur motivant vos invitations mais vous n'avez pas le choix et bientôt vous pourrez redistribuer ces mois gratuits. L'Ambassadeur quand à lui ne règle plus aucun abonnement.

La recherche d'emploi favorise l'ascension du network

Le recrutement reste une cible privilégiée de source financière. Je constate une forte augmentation des utilisations du réseau par mes relations, le besoin de parer à tout éventualité professionnelle et de plus en plus de cadres inscrits de hauts niveaux. Les chasseurs de tête prennent l'habitude de 'googler ' un candidat pour jauger de sa visibilité et nourrie leur dossier. Attention aux dégâts provoqués par une intimité légèrement dévoilée sur Myspace. Les sites rivalisent d'ingéniosité pour offrir un espace dédiée aux cabinets de recrutement. Invité début 2009 par l'équipe de direction de Viadéo à une réunion, leader en France, pour une présentation stratégique de son business modèle, j'ai pu constater de visu l'aspect pratique et technique avancé permettant de trier par mots clés les cibles des recruteurs directement sur le site et le nombre de candidats automatiquement sélectionnés diminuer au fil de la recherche par l'ajout de termes spécifique à cette recherche. Diplôme, ville, poste tenu, langue, compétence, maîtrise des outils informatiques, tous ces critères permettent d'affiner une recherche par vos propres moyens et de rentrer en contact avec la personne désirée.

Quand le réseau 'clic' devient lui aussi 'mortar'

A l'heure ou le fameux Meetic fait payer les femmes sur son site et subit de plein fouet la mode de ses business network dont l'approche purement 'clic' devient 'mortar' puisque nous organisons des soirées de network pour les membres d'une même communauté, XING, leader européen, encore peu connu en France m'a chargé d'organiser sa première soirée en ligne, mais qui sera bien réelle le 30 avril au Méridien Etoile. Et ce au même moment ou XING ouvre un bureau en Espagne après son rachat du site eConozco. L'avantage pratique réside dans le fait de connaître à l'avance les personnes inscrites à l'évènement que vous mettez en ligne. Imaginez un mariage d'une relation ou bien une soirée privée ou vous pourriez décider de vous y rendre en répondant favorablement seulement une fois avoir consulté la liste des invités ayant confirmé leur présence. C'est le système actuel. Vous lancez une invitation, choisissez un millier de destinataires parmi vos contacts et chaque jour, vous pouvez consulter en ligne le nombre d'inscrits évoluer jusqu'à atteindre le quota fixé dès le départ. Vous pouvez également modifier l'invitation, le lieu, les modalités, la durée en choisissant de prévenir ou non les personnes destinataires ou déjà inscrites. Tout est devenu possible avec une facilité déconcertante et pour une gratuité totale sous l'angle des frais d'expédition.

L'évolution permet d'entrevoir le modèle de site en ligne de demain

On peut se poser la question du site de demain, bicéphale par excellence avec une partie business pure, des 'endorsement' sur le CV comme le fait Linked in, sorte de validation par des tiers, sous forme de commentaire, des 'post', que l'on peut bien sûr refuser de voir associés à son résumé en ligne et une autre partie personnelle , plus ludique ou les centres d'intérêts seront mis en exergue, à l'image du site indien Apna Circle racheté par Viadéo. Sur Tianji en Chine, le site est en deux versions, chinois et anglais, lorsque le curseur de votre souris se déplace sur le terme choisi à l'écran, la traduction anglaise apparaît immédiatement. On m'a précisé que mon Coréen est excellent, par transparence, ne parlant l'anglais couramment et l'allemand que très modestement, j'utilise plusieurs sites de traduction automatique pour contacter des financiers en Asie, des banquiers du Golfe ou des industriels chinois. Cela est rendu possible par la gratuité de ces sites et leur facilité d'utilisation comme Google +, de loin le meilleur, sauf pour l'arabe et l'hébreu. Il est intéressant de noter qu'il vous sera impossible pour la plupart d'utiliser ces caractère linguistiques sur Outlook ou Lotus notes qui équipent l'ensemble de vos systèmes de messagerie. A contrario, vous pourrez écrire en 16 langues sur XING qui vient de développer son site également pour le turc après son rachat de la plateforme Cember.net aujourd'hui entièrement intégrée. On peut imaginer avec chaque adresse IPE déterminant la source de votre PC et l'adresse finale de votre messagerie en (.fr) pour la France, (.ch) pour la Suisse ou (.nl) pour la Hollande, (.de) pour l'Allemagne pouvoir très bientôt recevoir par messagerie le message dans votre propre langue, assorti bien sûr de toutes les protections juridiques inhérentes à ce message. J'ai donc pu obtenir les mails et coordonnées précises de capitaines d'industrie dont je ne maîtrisais pas la langue pour les convier par la suite sur des sites de network ou j'étais plus présent, presque chez moi.

Le potentiel du réseau rend les principes historiques caducs

A l'origine, le réseau social permet stratégiquement d'agrandir ou rendre plus efficient son propre réseau. Ces applications Internet aident à se créer un cercle d'amis, à se retrouver, à gagner des partenaires commerciaux, un emploi ou des personnes partageant les mêmes centres d'intérêt. Les réseaux sociaux jouent un rôle fondamental dans l'embauche, dans le succès des sociétés et dans le rendement professionnel. Le pouvoir au sein des cercles et clubs et maintenant des réseaux en ligne relève plus du degré avec lequel un acteur social se positionne au centre de plusieurs relations sociales que dans son titre professionnel effectif.

On évoquait les six degrés de séparation maximum pour toucher l'ensemble de la planète ou la règle des 150 aussi appelée nombre de Dunbar soutenant que la taille d'un réseau social originel est limitée à 150 membres. La taille d'un village en anthropologie limitait son nombre à 150 basé sur l'incapacité au-delà de reconnaître les membres et à capter les faits émotionnels concernant tous les membres du groupe. L'effet du petit monde propre à son auteur, Stanley Milfgram en 1967, tendait à démontrer que la longueur de la chaîne des connaissances sociales requise pour joindre une personne choisie au hasard à n'importe quelle autre sur terre est courte et ne dépassait pas six degrés. Avec l'avènement des réseaux sociaux d'internet, la chaîne devrait pouvoir diminuer de moitié. Prenez par exemple Linked in, avec un peu plus de trois mille contacts, je peux atteindre en contact +1, c'est-à-dire par l'intermédiaire d'une autre personne, environ 14 millions de ses membres sur un total de 36 millions aujourd'hui dans le monde.

Le mobile devrait servir de moteur de propulsion au réseau

L'Internet permet une révolution sociale dans la constitution de son réseau à l'heure ou tous les foyers ne sont pas encore totalement connectés. L'avènement du mobile nouvelle génération permettant d'accueillir facilement la consultation internet offre un futur radieux aux réseaux en ligne et un potentiel de développement redoutable. Il faudra se méfier des usurpateurs encore en vogue. Un contact est-il réellement celui qu'il indique ou juste une adresse IP tentée de se venger. Une petite amie délaissée pourrait être tentée de créer un nouveau profil en ligne enjoué et flatteur pour vous séduire et tester votre fidélité. Les données de votre profil sur un géant mondial peuvent être aisément piraté et vous desservir à l'image de l'emprunt de votre plaque automobile ou de votre pièce d'identité.

Quand les politiques se mettent aussi au réseau en ligne

Les équipes du Modem dans l'entre deux tours présidentiels m'avaient contacté pour briefer leurs informaticiens sur les réseaux et comprendre leur fonctionnement. A l'origine de cette histoire, la nouvelle inscription sur viadéo repérée à l'aube d'un profil répondant au doux 'avatar' de François Bayrou. Contacté par messagerie, j'ai pu identifier que l'auteur de cette supercherie était un nom d'emprunt. Je fus impressionné par le nombre de contacts sollicitant une connexion en relation directe ou me demandant comment envoyer un don de campagne. Devant la proportion que prenait cette simple supercherie, Dan Serfati, fondateur de Viadéo a immédiatement réagi et nous avons relié le vrai candidat en lieu et place du faussaire par transfert d'adresse IP. Une semaine après, Ségolène Royale s'inscrivait également sur Viadéo, épaulée par son fils Thomas Hollande à l'origine de la ségosphère. Au même moment le bloggeur Loïc Lemeur, parti depuis aux Etats-Unis, conseillait le futur président Sarkozy sur le buzz de sa campagne propre à la toile. Nul n'ignore le rôle majeur qu'a constitué la maîtrise de l'outil internet dans l'accession à la maison blanche du candidat Barak Obama.

L'Elysée et le gouvernement tentent aujourd'hui de regagner le terrain perdu sur internet en musclant la présence de leur Ministre pour influencer sans apparaître sous le terme de la 'net persuasion'. Certains comme Alain Juppé sont des précurseurs et ont crée leur propre blog depuis longtemps, ce dernier s'en servait depuis le Canada, mais un trop prompt courrier électronique de remerciement en réponse à votre message en ligne de quatre pages de propositions pour faire avancer notre chère France pouvait faire douter que ce dernier ait pu être lu par ses soins comme la réponse le suggérait. A peine postée la longue diatribe, je reçus environ quinze secondes après seulement une longue lettre précisant qu'il prendrait bien compte de ces idées qu'il avait bien intégrées et me remerciant de mon message. Si certains élus comme Christian Blanc sont bien sur Viadéo, ils n'y passent que le temps de modifier leur profil lors d'une évolution personnelle ; on peut le comprendre au regard de leur charge de travail. La plupart des politiques délèguent ce travail à des tiers. Quelques exceptions comme Michel Barnier qui prend personnellement le temps de vous répondre et de vous joindre par téléphone au travers de sa tribune Nouvelle République mais n'a pas encore crée son propre profil en ligne sur le net. L'utilisation de l'internet permettra des votes en ligne, des suggestions directes et changera le mode de fonctionnement de notre démocratie en réduisant certainement le fossé qui sépare 'le château' de son électorat. Le gisement d'information est si vaste sur internet qu'il est facile de s'y perdre et la toile devrait s'organiser.

Deux attitudes comportementales distinctes :

Selon l'approche type américaine, on accepte une connexion faisant confiance de prime abord car l'on sait que cela n'est pas définitif et que l'on peut par la suite se déconnecter de cette personne. Certains acceptent facilement une connexion mais ne communique ni mail ni téléphone, c'est soit le cas du débutant qui ignore qu'il faut cocher l'accès aux données d'informations sur cette communauté soit par pure élégance, on accepte mais vous n'obtiendrez rien de plus en terme de capacité pour joindre la personne. L'attitude française est frileuse voire pudique, mais essayez de contacter l'autre bout de la chaine sur une communauté de sept millions lorsque vous avez vingt contacts, ce sera peine perdu, bien que l'évolution aille dans le sens ou vous pourrez de plus en plus facilement écrire directement à la personne cible. Je recommande un choix de mots de passe simple par lettre en minuscule associées aux chiffres sans utiliser les points, signes, tirets pour tenir compte des claviers 'Qwerty' comme en Suisse, à Londres ou aux Etats-Unis et 'azerty' selon le pays ou vous connecterez.

Prendre un mail différent de celui de son bureau dès l'inscription

Pour des raisons pratiques, il convient d'inscrire à chaque nouvelle communauté un mail différent soit en utilisant Gmail ou Yahoo ou bien Link by Mail, car votre mail bureau risque la saturation le lundi matin pour peu que vous soyez actif sur les hubs et forums ou bien membre de nombreux groupes d'intérêt. Les sites limitent maintenant le nombre de groupe auxquels vous pouvez vous inscrire et appartenir. Cette limitation a une source informatique ; régulièrement invité, je suis devenu membre d'environ 1300 groupes sur XING. Lorsque quelqu'un tombait sur mon profil, le temps de chargement était si long que cela posait problème à l'utilisateur. Maintenant, XING limite l'appartenance à 100, Linked in à 50, seul viadéo n'impose pas de limite. Le network en ligne permet à grande échelle de faire une publicité de vos travaux. Lorsque j'envoie une étude graphique sur les marchés financiers sur XING, 32 000 personnes seraient susceptibles de recevoir le message concernant cette étude au sein de la communauté financière. Les allemands sont en avance sur nous sur l'arborescence technologique de leur site et par leur utilisation historique en Autriche, Suisse et dans leur pays. Après XING, Internations.org, Schwarzekarte.de et Decayenne sont parmi les derniers nés et déjà très pointus sur un plan technologique. Contrairement aux français qui découvrent ces bienfaits, ils ont depuis quelques années intégré cette technique de réseautage venue d'outre atlantique. Il est prudent de ne pas exposer vos enfants en image ou renseignements divers. Aux Etats-Unis, l'âge légal est de quatorze ans. Il y a quelques années, j'ai dû signer un document officiel pour mon aîné de moins de dix ans afin qu'il puisse utiliser un site américain en étant inscrit à part entière. Les rodeurs mal attentionnés sont légions et captent souvent l'attention de vos petits par les 'chats ' sur les jeux en ligne gracieux et ouverts à tous publics. Ne mettez pas d'adresse personnelle ni d'indication de mail en wanadoo.fr ou orange.fr à moins d'être bien équipé en firewall et d'un informaticien qui prend la main rapidement sur votre PC en cas de problème. Le dernier modèle Norton 360 anti-virus permet une sauve garde automatique de tous vos fichiers à l'extérieur. Pratique en cas de rupture de votre serveur, du disque dur ou après un incendie. Il faut juste intégrer que toute adresse mail qui se balade sur un site est ramassé pour faire l'objet de publicité qui ne seront pas toutes du goût de votre entourage.

Le réseau social permet une mise à jour permanente de ses contacts

L'avantage majeur du network en ligne se situe dans la mise à jour automatique de vos propres contacts par eux-mêmes. Les risques d'erreur sur les coordonnées s'en trouvent réduites et vous serez immédiatement informés de l'évolution de carrière, du changement d'adresse ou de pays. Avec près de trois mille contacts sur mon palm dans les années 1990, il me fallait environ deux semaines pour écrire à la main les vœux de fin d'année et la perte d'efficacité était d'environ entre 15 et 20% par année du fait des modifications non réalisées par mes soins sur les coordonnées des contacts. Le network est la formule moderne de l'outsourcing de vos relations et vous gagnez un temps considérable. L'éthique s'organise et les sites sont mieux joignables depuis quelques années. Linked in reste le dernier du peloton en cas de soucis et il est réellement difficile pour un nouvel inscrit de les contacter de nuit sur Los Angeles puisqu'aucune coordonnée n'est donné sur le site. En cas de soucis, vous subirez l'enfer propre aux messageries téléphoniques à menus multiples et dans une autre langue. Les invitations aux connexions directes sont limitées pour éviter les débordements. Nombre limité à 30 sur Viadéo, 50 sur XING et 100 sur Linked in. Après ce nombre vous serez bloqués pour étendre votre réseau. Cette mesure est faîte pour éviter à des petits malins de se connecter à la terre entière en peu de temps. Il existe de nombreux bugs qui feront que vos contacts acceptés feront encore figures de 'demandes en cours' sur le site. Cela peut vous pénaliser, il faut en fait régulièrement et sans message annuler toutes les demandes en cours et repartir de zéro. De toute façon, statistiquement, une requête de connexion non suivie favorablement après un mois ne risque pas de l'être au bout du compte. Il faut donc régulièrement purger les demandes en cours. A contrario, mes 6700 invitations sur Viadéo risquent de rester longtemps puisqu'il faut les enlever une par une. Très souvent, un mail aux responsables de site permet d'arranger ce type de problème atypique. Mieux vaut éviter les contacts russes et africains si votre activité n'est pas concernée par ces territoires. Les problèmes sont au rendez-vous avec spams et demandes de déblocage de fonds d'un soi-disant parent décédé qui pourraient vous conduire directement au blanchiment d'argent. Il faut rester prudent et les sites veillent au grain.

Mieux vaut être membre de plusieurs communautés

Il est utile de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier et d'éviter d'être sur une seule communauté. En effet, ayant aidé Decayenne pour son business plan, Alexander Eissing, l'un des fondateurs a bloqué mon compte en guise de remerciement, lorsque j'ai découvert qu'il limitait mes accès et ma messagerie. Avec 15% des contacts directs de l'ensemble du site, je devenais un danger pour cette jeune start-up. Il convient de noyer également ses contacts avec des contacts neutres ou divergents de votre activité principale. Il m'est arrivé de solliciter la connexion de tous les contacts d'un concurrent se révélant une véritable mine d'or en termes d'information sur un plan prospectif. Il sera plus difficile à, une tierce personne d'identifier votre clientèle parmi 10 000 contacts que si vous en avez seulement vingt. Certains américain, champion du network atteignent plusieurs dizaines de milliers de contacts. C'est la raison pour laquelle ils limitent le visuel de mes contacts à 500 sur Linked in. Certains avaient compris que le plus important est de se connecter avec les quatre ou cinq acteurs puissants pour être visible de l'ensemble. La limitation visuelle du nombre de vos contacts accroît la difficulté du repérage pour des tiers. D'autre part, si vous développez une activité sur le même terrain du support communautaire, vous risquez un manque de visibilité voire d'être rayé tout simplement comme je l'ai vu sur des sites connus. Une seule règle concrète, lorsque vous êtes premium ayant réglé un abonnement annuel, il sera plus difficile pour l'hébergeur de vous sortir. Le network se professionnalise. Plus le site est puissant, moins vous aurez ce type de risque. Lorsque vous êtes sur Decayenne, ASW ou Internations, la gratuité du site leur autorise tout. Internation.org qui réunit les expatriés est le plus correct de ces trois sites. Trois contacts sollicité sur ASW qui ne répondent pas favorablement et quatre 'ignore' et vous vous retrouverez classé A Big World, puni, banni. Le problème d'ASmallWorld est l'arborescence désuète qu'ils ne peuvent modifier et les règles écrites au départ dans le marbre. Certains sites n'autorisent pas le 'downloud' , téléchargement global de vos contacts comme Linked in ou en un seul clic, vous pouvez copier vos milliers de contacts propres sous excell selon le classement de votre guise. Le site Viadéo ne permet pas encore de le faire, ni d'envoyer un message à l'ensemble de vos propres contacts. Mieux vaut dans ce cas fédérer un groupe et 'poster' un message comme nouvelle pour informer l'ensemble de vos contacts inscrits. C'est volontairement que je ne cite pas Facebook et Myspace que j'ai quitté depuis bien longtemps lorsque ces derniers devinrent phénomène de mode en France. Je ne vais donc pas vous les recommander. On peut juste préciser que le Myspace de Rupert Murdoch a été 'nettoyé' au profit de profils de plus grande qualité axés musicaux et pour résumé plus habillés.

Panorama des sites utilisés par pays

Les études de Spock.com montraient en 2007 que les deux tiers des requêtes sur Google concernaient la recherche d'information sur les personnes. Les principaux sites sérieux en terme de notoriété sont :Linked in , Plaxo, XING, Viadeo et Perfectnetworker,

Sur un plan plus ludique : Facebook, Myspace, Orkut, Classmates Online, ASW, Internations et Decayenne. Mieux vaut se méfier de Ning qui permet à chacun de faire son propre site de network avec une adresse chez l'hébergeur principal en "ning" mais dont vous ne contrôlez pas le site entièrement avec le danger comme tous les autres sites de la visibilité de la messagerie et des données confidentielles de vos contacts à la merci de votre hébergeur.,
Spock est un incubateur d'informations sur les personnes et va ramasser pour les réunir tout ce qui est autorisé en ligne comme informations vous concernant. J'ai crée mon propre site de réseau appelé 'easynetwork' pour le fermer un mois plus tard malgré le succès escompté. Le fait de devoir rassembler mes 75 000 contacts directs' mortar et clic' sur une centaine de sites de network pour les inviter m'aurait pris trop de temps, de plus les fonctionnalités des sites leader avancent de telle façon qu'il est plus précieux de consolider sur les bases existantes.

Après avoir testé de très nombreux sites, j'ai choisi la simplicité de maintenir une présence sur les principaux business network comme XING, Viadeo, Plaxo, Internations et Linked in.

Conseiller à vos enfants de quitter Facebook, c'est leur faire gagner une heure de liberté par jour et du temps de cerveau disponible. Au moins ces sites avaient un mérite, celui d'obliger vos progénitures à progresser dans la langue de Shakespeare, mais à ce rythme, les versions béta s'affinent et ces sites vont ouvrir toutes les langues propres à chaque pays.

Les sites en vogue par pays à l'étranger

Allemagne : Wer-Kennt-Wen, StudiVZ. Angleterre : Bebo. Australie : Bebo. Brésil : Orkut, 30 fois plus populaire que Facebook au Brésil a été crée en 2004 par Orkut Büyükkökten, un ancien de Google, le deuxième site en vogue est Sonico. Chine : 51.com, Xiaonei, Chinaren, Kaixin001.com. Espagne : Tuenti. Italie : Netlog. Japon : Mixi, Lococom puis Kanshin-Kukan. Suisse : Netlog. Pour la France : facebook, Copainsdavant, Myspace en ludique et Viadéo et XING pour le business. Il faut noter que Plaxo éprouve des difficultés pour la compatibilité avec Vista de Microsoft et lorsque au bureau vous n'êtes pas en mode administrateur.

Relais de croissance : un marché porteur pour le corporate

La nouvelle donne de ces sites concerne l'outsourcing de votre intranet. C'est le nouveau marché en vogue. Certains grand groupe US vont jusqu'à régler des dizaines de milliers d'euros par an pour utiliser la plate-forme telle quelle ou sous marque blanche avec une communauté comme Unilever ou Accenture que vous ne pourrez intégrer que si vous faites partie du groupe ou avez été employé par la société. Cela évite la création du suivi informatique, les spam et offre bien d'autre avantages comme vitrine du groupe.

La grande question d'actualité pour les entreprises est de savoir s'il faut autoriser, accepter, accompagner, interdire ou former, pour l'utilisation des réseaux en ligne. Mieux vaut accepter et permettre l'accès en ligne sur les sites professionnels et limiter l'accès aux sites de rencontres et ludiques sous le prétexte des spams. L'image du groupe est inhérente aux messages transmis par le net.

Dernier point, les patrons de groupe N et leur subordonnés N+1 ne sont pas friands pour s'exposer par manque de temps et compte tenu de leur obligation et réserves en terme de communication. Je doute que le conseil d'administration du groupe Renault prône l'inscription de Carlos Ghosn pour qu'il réponde en direct sur un forum du net. La brillante Mercedes Erra dirige EuroRSCG et a bien accepté mon invitation sur Linked in, mais ne répondra pas par la suite à mes messages. Inutile d'espérer donc d'y trouver également les chefs d'états, enfin, pour le moment. En conclusion, je dirais que vous récolter sur le network ce que vous y semez et y apporterez. Je recommande les connexions matinales pour prendre le pouls des contacts, évaluer les demandes de transfert de contacts et messages en tout genre afin d'être en relation avec l'Asie entre 05.00am et 06.00am, Viadéo enregistre ses données informatiques à cette heure matinale et sera ralenti, une connexion à l'heure du déjeuner pour montrer une réactivité certaine et le soir pour être en phase avec les fuseaux outre-Atlantique.

Le network en ligne est une vitrine dont la recherche par mot clef bénéficiera le plus à celui qui a bien détaillé son profil. Certains n'ont pas intérêt à être sur la toile. Les métiers artistiques sont légions sur le réseau. On peut même exposer en ligne mais il restera toujours possible de réussir sans l'aide d'Internet. Le bouche à oreille concernant la qualité sera toujours de mise et l'excellent travail toujours récompensé. Le réseau en ligne sert d'accélérateur, et je vous le confirme, ce marketing viral peut bien être contagieux.



Source : CFO, le 07 avril 2009.


Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 18:40
Le village artisanal de Tambacounda s'apprête à se doter d'un site Internet pour palier son déficit de promotion auprès des populations qui pensent que ses produits sont chers et sont réservés aux seuls touristes qui le visitent, a indiqué le secrétaire général du GIE Jappoo Liggeey en charge du fonctionnement du GIE centre.

Dans le cadre d'un partenariat, l'Institut de coopération pour le développement en Afrique (ICD-Afrique) fera venir des étudiants de l'Institut universitaire de technologie Saint-Jérôme de France pour aider les pensionnaires du village artisanal, entre autres, à mettre en place un site Internet pour promouvoir leurs activités, a indiqué Serigne Mbaye Samb, dans un entretien accordé à l'APS.


''Nous allons monter un site Internet, nous allons faire de sorte que chaque boutique ou chaque artisan puisse avoir des cartes de visite, nous allons créer des plaquettes de publicité que nous allons donner à travers la ville ou aux agences de voyage'', a-t-il ajouté.


''Ce sont des projets à court terme'', a-t-il dit, avant d'ajouter : ''on pense bien que le mois de mai, les jeunes seront là pour la création du site Internet''. Les étudiants français vont aussi initier certains artisans en NTIC, pour qu'ils puissent ''actualiser le site en tout moment''.


Ce portail électronique fera en sorte qu'un Sénégalais ou un touriste où qu'il se trouve puisse voir les articles que produit le centre et décider de les acheter une fois à Tambacounda, a-t-il expliqué.


''Le village artisanal à l'heure où nous sommes, devrait avoir un site Internet dans lequel on peut voir tous nos produits'' et ce, ''partout dans le monde'', a souligné M. Samb.


''Parce qu'ils ne voient que des touristes entrer, ils pensent que ce sont des produits très chers, alors que ce sont des produits à la portée de tout le monde'', a expliqué M. Samb, pour qui ''l'art n'a pas de prix''.


Les artisans et les étudiants de l'IUT Saint-Jérôme de Marseille, échangeront également, d'après M. Samb, sur différentes techniques de commerce.


L'ICD-Afrique amène chaque année des groupes de touristes qui visitent le village artisanal et achètent des articles aux artisans. Il organise également des débats sur l'artisanat dans la région de Tamba, a expliqué M. Samb. Un groupe est attendu au courant du mois d'avril.



Source : APS, le 31 mars 2009.



Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 09:15
Mali: UPU/FIDA

Les technologies de l'information et de la communication sont un moyen important pour diversifier les services d'exploitation de la poste et contribuer au développement des pays. C'est ce qu'ont sans doute compris l'Union postale universelle (UPU) et le Fonds international pour le développement agricole (FIDA) qui œuvrent pour l'intégration des Tic dans les moyens d'exploitation des postes, notamment dans les pays africains. C'est dans cet esprit qu'a ainsi été initié le projet UPU/FIDA en novembre 2008.

Le lancement de ce projet est au cœur de la conférence des directeurs généraux des postes qui s'est ouverte hier au Grand hôtel de Bamako. La cérémonie d'ouverture a été présidée par le ministre de la Communication et des Nouvelles technologies, Mme Diarra Mariam Flantié Diallo, en présence du représentant de l'Union postale universelle, Claude Defoundoux et de celui du groupe « La Poste » de France, Henri Biadala.

Le projet UPU/FIDA qui s'étend sur 2010 concerne six pays : Bénin, Burkina Faso, Mauritanie, Niger, Sénégal et Mali. Son objectif est de permettre le transfert d'argent par voie électronique dans certaines zones rurales des pays cités. Le coût de l'opération est estimé à 384 000 euros soit environ 251,5 millions de Fcfa financés par l'UPU et le FIDA.

Au cours de la présente rencontre qui regroupe aussi les chefs des projets nationaux UPU/FIDA, les participants vont évaluer le chemin parcouru dans le processus de construction d'un réseau de paiement électronique par l'UPU en Afrique, prendre des mesures pour pérenniser les acquis et ouvrir de nouvelles perspectives.

Il s'agit précisément pour eux d'identifier les localités de chaque pays concerné par le projet, de définir les besoins de chaque pays, afin d'élaborer les étapes de mise en oeuvre du projet, a expliqué Claude Defoundoux.

Depuis 2005, l'UPU a fait des services postaux africains une priorité à travers l'élaboration d'un plan de développement régional pour le secteur postal. L'objectif d'une telle démarche est d'impliquer le continent dans le réseau postal mondial en sorte que le service de paiement électronique de l'UPU se fasse dans des conditions sécurisées et à faible coût, a expliqué le représentant de l'Union postale universelle.

L'avantage de ce service est de créer les conditions sûres du transfert de l'argent des migrants, de favoriser le développement du commerce électronique et l'accès des pays africains aux marchés extérieurs, a indiqué Claude Defoundoux. La création du réseau mondial de paiement électronique, a-t-il ajouté à ce propos, est une des actions stratégiques de son organisation. Il a, par conséquent, souhaité l'accompagnement des bailleurs de fonds pour étendre le réseau mondial de paiement électronique de l'UPU et en faire un succès conformément aux recommandations du 24è congrès postal universel tenu à Genève en août 2008.

Mme Diarra Mariam Flantié Diallo s'est réjouie du fait qu'en plus du mandat express international (MEI), le projet UPU/FIDA permettra de faciliter les transferts de fonds pour les migrants et de favoriser la coopération commerciales entres les pays.

Au moment où la concurrence et la substitution électronique font baisser le volume du courrier postal, l'une des meilleures pistes qui s'offre aux entreprises postales est le développement des services financiers postaux a estimé le ministre de la Communication et des Nouvelles Technologies.

Les transferts financiers des travailleurs africains constituent la deuxième source de financement externe et dépasse largement l'aide publique au développement, a constaté Mme Diarra Mariam Flantié Diallo qui a invité les administrations postales à offrir aux migrants un accès aux services financiers postaux, à favoriser l'harmonisation des réseaux de paiement et aider à transformer l'épargne des migrants en investissements productifs.

Le projet UPU/FIDA permettra de promouvoir le développement durable au plan économique, social et culturel, a souligné le ministre de la Communication et des Nouvelles technologies qui a réitéré l'engagement de notre pays à soutenir du projet.


Source : L'Essor, le 04 février 2009.


Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 12:14
Le rassemblement des entreprises du secteur des TIC (Restic) et l'Association des consommateurs du Sénégal (Ascosen) se sont entendus sur la nécessité de mettre à la disposition de tous les consommateurs et de tous les usagers, actifs ou potentiels, d'un support d'information et d'éducation des consommateurs. C'était lors de leur première rencontre. Ce support qui va constituer une première dans l'espace Uemoa, est un «guide des communications électroniques». Il sera dénommé « Pass'TIC ». Il est envisagé un tirage de cinq millions d'exemplaires. Tout abonné au téléphone mobile, fixe et Internet devra recevoir ce guide.

Dans un communiqué, cosigné par les deux entités citées plus haut, il est expliqué que : « La rédaction, l'édition et la publication du guide seront confiées à un comité conjoint composé des professionnels des TIC, de l'association des consommateurs et de personnes ressources dans la conception pédagogique et scientifique ».
Les ressources nécessaires à l'édition, à la publication et la distribution du guide seront mobilisées auprès du Restic, de l'Ascosen et de leurs partenaires, notamment, des Ong et des organismes multinationaux et multilatéraux.

Le rassemblement des entreprises du secteur des TIC(Restic) et l'association des consommateurs du Sénégal se sont accordés sur le besoin de sortir un guide, après un constat réalisé sur la quantité et la diversité des offres, surtout celles des opérateurs de téléphonie fixe, mobile et Internet, la technicité croissante des équipements et l'émergence des réseaux mobiles de troisième génération. Ces structures souhaitent que le consommateur soit mieux « protégé et informé pour pouvoir exercer son choix de manière éclairée, réclamer ses droits, respecter ses devoirs et rationaliser ses dépenses. Tout cela, devra se faire au regard du respect des droits fondamentaux du consommateur, notamment, le droit à l'information et le droit au choix ».


Source : Le Quotidien, le 24 février 2009.
Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 17:31

Utiliser le téléphone portable, mais aussi Internet et les emails permet aux producteurs les plus isolés d'Afrique de partager leurs techniques, d'améliorer leurs revenus et de se garantir un accès durable aux marchés.


First Mile Project a pour but de créer une chaîne de distribution efficace allant du producteur le plus isolé au consommateur en Tanzanie. Pour ce faire, le programme de l'IFAD (International Fund for Agricultural Development) préconise l'utilisation des outils modernes de communications comme le téléphone portable et Internet afin de faire remonter le prix des denrées depuis les villes jusqu'au producteurs isolés. De meilleures informations sur les marchés sont d'après les développeurs du projet la meilleure façon d'accéder au marché de façon durable. L'utilisation du téléphone portable permet, par exemple, de remplir une des premières conditions de l'économie de marché : une information parfaite sur les dits marchés. En effet, ils sont utilisés comme un outil de veille économique.



Le téléphone portable rend le marché plus transparent


Des personnes appelées shu shu shus, et qui se définissent comme des espions, vérifient les prix sur les marchés en ville. D'un simple SMS ou appel, ils préviennent les producteurs ou un réseau de communication local afin de limiter les abus des intermédiaires et de créer un nouveaux business model qui garantit une juste rémunération à chacun. Un site Internet a également été développé pour favoriser l'émergence d'un marché B2B (business to business) Linking Local Learners et de forums. Internet permet ainsi aux consommateurs et aux producteurs de communiquer et d'avoir un retour sur leurs échanges. Susan Gweba une productrice de fruit sec précise : "Internet permet d'explorer des marchés potentiels grâce aux informations récoltées à l'international".



Du liens commercial à la durabilité


D'après les responsables du projet, ces technologies permettent de créer un véritable lien social dans la chaîne de distribution. "Dans les zones rurales, le contact personnel est crucial. La communication doit être directe pour construire des relations", souligne ainsi le coordinateur de l'AMSDP (Agricultural Marketing Systems Development Programme) Nathaniel Katinila. Et d'ajouter : "le nombre d'utilisateurs des mobiles et d'Internet augmente ce qui va montrer la valeur que l'on peut en tirer". Pour les coordinateurs, l'élément le plus complexe de ce programme sera d'en garantir la durabilité. Le projet sera présenté à l'occasion du forum international Tech For Food qui aura lieu au salon international de l'agriculture de Paris, et dont L'Atelier est partenaire.



Source : L'Atelier, le 20 février 2009.



Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 16:54

Quand un groupe d'entreprises spécialisé en Technologie de l'Information et de la Communication (TIC) rencontre une association consumériste, le résultat donne ''PASS'TIC'', entendez par là un outil mis à la disposition de tout consommateur et tout usager actifs ou potentiels, d'un support d'information et d'éducation des consommateurs.


Initié par le Rassemblement des entreprises des TIC (RESTIC) et de l'Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN), le guide, fruit d'une rencontre le 18 février dernier entre les délégations du RESTIC conduite par son Secrétaire Général Exécutif M. Moustapha Diakhaté et celle de l'ASCOSEN conduite par son Président national M. Momar NDAO est une première, dans notre pays et dans tout l'espace UEMOA.


Le RESTIC,après avoir dressé la situation en matière de télécommunications qui prévaut dans notre pays, a insisté sur les mutations profondes qui ont marqué, ces dernières années dans notre pays, les communications électroniques avec l'arrivée de nouveaux acteurs, notamment, un troisième opérateur de téléphonie mobile.


Les professionnels des télécommunications ont rappelé que ces évolutions se caractérisent par un foisonnement des réseaux, des usages et des offres, avec à la clé, une complexité intimidante née de la convergence des services de la téléphonie fixe, mobile et de l'Internet.


Pour le Président d'ASCOSEN, Momar Ndao, « la quantité et la diversité des offres, surtout celles des opérateurs de téléphonie fixe, mobile et Internet ; la technicité croissante des équipements, et l'émergence des réseaux mobiles de troisième génération ; font que le consommateur se doit d'être mieux protéger et informé, pour pouvoir exercer son choix de manière éclairée, réclamer ses droits, respecter ses devoirs et rationaliser ses dépenses.


Et le président de l'association consumériste de clarifier que « tout ceci, devra se faire au regard du respect des droits fondamentaux du consommateur, notamment, le droit à l'information et le droit au choix ».


La Rédaction, l'édition et la publication du guide seront confiées à un comité conjoint composé des professionnels des TIC, de l'association des consommateurs et de personnes ressources dans la conception pédagogique et scientifique.


Les ressources nécessaires à l'édition, à la publication et la distribution du guide seront mobilisées auprès du RESTIC, de l'ASCOSEN et de leurs partenaires, notamment, des ONG et des organismes multinationaux et multilatéraux. Une projection de tirage de cinq millions d'exemplaires est envisagée. Tout abonné de téléphone mobile, fixe et Internet devra recevoir ce guide.

Source : African Global News, le 20 février 2009. 


Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 12:50
Un site Internet se spécialise dans l'offre et la demande de logements dans plusieurs villes camerounaises. Assis devant un écran dans ce cybercafé de Mbouroukou à Mélong dans le département du Moungo, Ewane, surfe comme nombre de jeunes de son âge. Mais il, n'est pas abonné à un site de rencontres, comme nombre de ses voisines qui s'amusent sur ces site de rencontres. Aujourd'hui, il a décidé de " rechercher un logement ". " Je suis commerçant au Gabon et je voudrais m'installer définitivement au Cameroun. Il me faut actuellement un logement décent ", avoue le jeune Ewanè

Le gérant de ce cybercafé explique également que depuis un certain temps, les fils du village venus de l'Europe ou même des Etats-Unis d'Amérique sont devenus des habitués d'un site internet. " www.selogeraucameroun.com. Un site animé par un jeune camerounais installé à Paris avec des correspondants au Cameroun et qui aide aux internautes de trouver des opportunités de logements, de constructions et même d'achat des maisons au Cameroun à travers les offres qui y sont enregistrées.


Selon NGUEPI Pierre l'initiateur de ce site Internet que la rédaction de Camer.be a pu rencontrer, afin d 'apporter aux futur  locataires la garantie que les biens qu'ils consultent en ligne correspond à la réalité sur le terrain, Selogeraucameroun.com dispose sur place au Cameroun une équipe chargée de vérifier les informations sur chaque bien proposé par les propriétaires.


Quid ..... www.selogeraucameroun.com


En cliquant sur l'espace réservé aux recherches de logement, vous pouvez remplir le formulaire en fonction de vos besoins, de vos multiples critères, le choix de la ville, du quartier etc...l'on découvre en effet selon vos recherches des offres  variés 

Si vous êtes inscrits par exemple comme membre locataire, vous pouvez avoir accès directement aux coordonnées du bailleur.


Comment faire foi à ces critères ?


Monsieur   NGUEPI Pierre affirme que SeLogerAuCameroun propose  également aux propriétaires une gestion libre  ou assisté par son équipe afin d'apporter très rapidement une réponse aux éventuels locataires et surtout proposer des dates de visites aux locataires ayant des correspondants sur le terrain.


Pour ne pas être en reste www.selogeraucameroun.com a choisi de mettre en place une plate forme d'échanges entre bailleurs, locataires et acheteurs de logement. " Nous avons voulu vous apporter ce coup de pouce non seulement à la diaspora camerounaise qui en a marre d'aller squatter chez les gens et être obligée de tout supporter, mais surtout nous souhaitons proposer à tout personne se rendant au Cameroun qu'il existe mieux que les hôtels pour se loger et contribuer directement au tourisme équitable." Conclu Monsieur NGUEPI.


Des Camerounais, des gens à travers le monde, désirant s'informer sur l'actualité au niveau des logements au Cameroun et bientôt en Afrique trouveront leur compte sur ce site Internet dont l'ergonomie et le design  donnent des possibilités de navigation facile à toute personne intéressée des offres en ligne.


Sur le site Selogeraucameroun.net les offres recueillis sont d'après son concepteur : " Le reflet de la clientèle la plus abondante. Nous avons aussi quelques demandent de l'étranger en particulier des Français, Belges, Allemands et des Camerounais souhaitant sincèrement venir passer leur vacance  au Cameroun. "


Pour autant, la recherche de logement au Cameroun sur Internet semble avoir de beaux jours devant elle. " Notre base de données a déjà enregistré jusqu'ici des milliers d'inscrits, explique en effet Monsieur NGUEPI.


 " Chez www.selogeraucameroun.com, on regrette que " toutes les personnes qui ont trouvé logement décent au Cameroun  ne ramènent pas toujours leur témoignage " mais l'on sait " avec certitude que sur les offres de logement qui sont passées entre nos mains jusqu'à ce jour, chacune a trouvé satisfaction ".


Source : Camer.be, le 05 février 2009.


Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 15:48
Le commerce électronique, c'est d'abord du commerce et non des machines et de la technologie. Quand les consommateurs et les commerçants ont besoin d'alphabétisation technologique, ce ne sont pas les investissements dans la machinerie qui amélioreront les performances du cyberachat, mais l'éducation. Il faut miser sur la maîtrise de la technologie en même temps qu'on développe une stratégie de mise en marché tenant compte des particularités des acheteurs, pas celles des logiciels.

L'erreur pour les cybervendeurs consiste à utiliser un profil socio-démographique pour cerner les acheteurs en ligne, alors les informations nécessaires sont du type comportemental. Des adultes se comportent comme des ados sur le Web, ce qui ne correspond pas à leur profil social, alors que des ados font preuve de maturité.


L'étude sur le comportement de l'acheteur permettra d'ajuster la définition du site Web et du volet transactionnel en utilisant l'attitude du vendeur dans une boutique réelle qui, avant même de conclure une transaction, demande simplement : «Comment puis-je vous aider?»


C'est en résumé le constat qu'ont posé, mardi matin, les invités de la Chambre de commerce de Québec et du Centre francophone d'informatisation des organisations (CEFRIO)  en commentant les données de l'indice du commerce électronique au Québec. Pour Carl Frédéric De Celles, président de iX Média, Philippe Le Roux, président de VDL2, Najoua Kooli, directrice de projet au CEFRIO, Éric Lacroix, directeur de projet chez SOM, il faut se demander pourquoi les entreprises québécoises sont mal positionnées dans le marché en évolution du commerce électronique.


Carl Frédéric De Celles raconte le cas d'une commerçante à qui l'institution bancaire a demandé 25 000 $ de dépôt pour qu'on accepte le mode transactionnel avec carte de crédit sur son site Web où elle vend des objets à 8 $ ou 10 $, une exigence décourageante, à son avis. Il s'interroge aussi sur la volonté du gouvernement québécois de miser sur le Web qui n'a pas de mode de paiement en ligne sauf pour les impôts et qu'il s'évertue à payer ses factures par chèque avec toutes les manipulations que cela implique. Pendant ce temps, le gouvernement du Nouveau-Brunswick paye ses factures et ses fournisseurs par versement dans le compte bancaire avec avis électronique.


La demande est là, ajoute Philippe Le Roux, c'est l'offre qui ne suit pas. Et on s'inquiète de la fraude et du vol d'identité. «C'est au plus 1 à 2 % des transactions, incluant les mauvaises données affichées sur un site, lance-t-il. Les transactions en ligne sont sécuritaires et l'origine des fraudes provient du matériel volé ailleurs, comme la banque ou le grand détaillant qui se sont fait dérober des ordinateurs contenant les données transactionnelles des clients. La gestion des données, ça, c'est un problème.» Il note qu'un numéro de carte de crédit volé valait 5 $ en 1994 et encore le même prix en 2008.


Le frein au commerce électronique serait causé par la structure industrielle et son modèle de distribution mal adapté aux cyberachats. Par contre, souligne Éric Lacroix, il n'est pas nécessaire d'avoir un volet transactionnel sur un site pour faire du commerce. Avoir un site Web pourra être une bonne stratégie de marketing, et la fidélisation par le courriel ne signifie pas l'obligation d'une transaction en ligne, mais aidera au commerce.


Et le processus d'achat n'est pas le même en ligne que dans un magasin, poursuit Najoua Kooli, de sorte que les entreprises doivent nécessairement adapter leurs stratégies de mise en marché. Ce n'est pas seulement une question de prix des marchandises, mais de facilité d'accès aux informations recherchées.

Source : Cyberpresse, le 29 janvier 2009.

 

 


Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 14:46

Le chiffre d'affaires du commerce en ligne, qui a dépassé la barre des 20 milliards d'euros en 2008, devrait atteindre 30 milliards en 2010 en France, a indiqué mercredi la Fédération de la vente à distance (Fevad). L'an dernier, près de 23 millions d'internautes ont acheté sur les sites français de commerce, soit 2,5 millions de plus qu'en 2007.


"La conjoncture actuelle incite à la prudence mais pour le e-commerce le réservoir de croissance existe", a souligné Marc Lolivier, délégué général de la Fevad lors d'une conférence de presse.


"Si le rythme de croissance du nombre d'internautes se maintient et le montant moyen d'achat ne ralentit pas trop, les ventes du commerce en ligne devraient progresser de 25% en 2009 par rapport à 2008 à 25 milliards d'euros et de 20% en 2010 à 30 milliards", a-t-il ajouté.


Le commerce en ligne croît rapidement depuis quelques années, avec le développement de l'internet haut débit. En 2004, il ne représentait que 5,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires.


Ce canal de distribution continue aussi de se démocratiser, attirant les retraités, les provinciaux et davantage de femmes. Cependant l'internaute type reste un homme aisé de plus de 35 ans, selon une étude Médiamétrie réalisée pour la Fevad.


Si en 2007 les consommateurs choisissait le e-commerce pour des raisons de praticité (éviter la foule des magasins, faire ses courses 24 heures sur 24), en 2008 ils le plébiscitaient pour ses prix bas.


Les Français achètent désormais tout sur la Toile, prêt-à-porter, voitures, maisons, chaussures, jouets, alimentation et non plus seulement des produits high-tech.


L'an dernier, les sites de e-tourisme ont affiché les plus belles performances, avec une progression de 20% du chiffre d'affaires des sites de voyage en ligne par rapport à 2007, toujours selon la Fevad.


Le panier moyen a cependant tendance à reculer en raison de la crise économique qui a poussé les sites, en particulier ceux de vente de produits high-tech, à casser les prix pour attirer les internautes, a souligné M. Lolivier.

Le panier moyen s'est ainsi établi à 87 euros au quatrième trimestre 2008, contre plus de 93 euros en début d'année.

Les créations de sites continuent d'augmenter, pour atteindre 48.500 fin 2008, soit 30% de plus que 12 mois plus tôt. Mais la Fevad ne donne pas les chiffres de fermetures de sites.


Les cyber marchands sont en majorité des quadras résidant dans des villes de moins de 10.000 habitants, indique en outre une étude de la plateforme de création de sites marchands Oxatis, également réalisée pour la Fevad. Ils choisissent de se lancer dans cette activité plus pour profiter d'horaires flexibles et pouvoir travailler chez eux que pour en tirer des revenus "conséquents", montre l'étude.



Source : AFP, le 28 janvier 2009.



Repost 0
Published by Ibrahima - dans Accès-Usages
commenter cet article