Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • COMPRENDRE LE DEFI DU NUMERIQUE
  • : Ce site traite de la question des usages des TIC par les collectivités locales, mais aussi par les individus. En Afrique particulièrement, mais également dans le monde.
  • Contact

Rechercher

Archives

30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 00:14

La Tunisie a réaffirmé, en 2008, son ambition de se hisser au stade de pôle régional des technologies de l'information et de la communication (TIC) et de mériter son classement à la première place au Maghreb et en Afrique, pour la deuxième année consécutive, par le rapport annuel du Forum de Davos sur le degré des prédispositions des pays à utiliser les TIC. Dans cette optique, Hammamet a abrité, au mois de novembre dernier, le forum international des technologies de l'information et de la communication pour tous "ICT TUNIS +3", organisé sous le haut patronage du Président Ben Ali à l'occasion de la troisième commémoration du Sommet Mondial de la Société de l'Information (SMSI).


Les participants à ce forum ont été unanimes pour qualifier la Tunisie "d'espace régional favorable aux investissements et aux nouvelles technologies". Ce forum a offert l'opportunité de renforcer les investissements et la coopération au niveau inter- maghrébin, africain, et méditerranéen. Cette réalité est confortée par les différentes études commanditées par différentes instances et organisations internationales spécialisés. Ces études ont démontré l'interdépendance entre l'investissement dans le domaine des nouvelles technologies et l'accélération de la croissance économique et sociale.


Les Thèmes du forum ont été axés autour du haut débit et de la production de contenus par l'exploitation des réseaux de communication fixes et mobiles, notamment à la lumière des opportunités et perspectives qu'offrent le secteur pour impulser le développement, l'emploi et la compétitivité des entreprises.


Ces études ont ainsi démontré que les TIC participent à près de 25% du PIB des pays développés, à 30% de l'accroissement de la productivité des entreprises économiques et des établissements administratifs et à 50% du commerce et services dans le monde. De même, les TIC jouent également un rôle de premier choix dans l'impulsion de l'emploi. Ainsi tout emploi créé par ls TIC génère 3 à 4 emplois dans des autres activités socio-économiques.


Les réseaux des télécommunications de haut débit en matière d'Internet jouent un grand rôle et ouvrent de nouvelles perspectives, en matière de promotion d'innovation, de développement des échanges électroniques multisectoriels, entre les différents acteurs et intervenants dans le champ économique, social et culturel.


La volonté de la Tunisie de promouvoir ce secteur vital, et de gagner le pari sur la société du savoir, sous ses différentes formes, s'est concrétisée de façon notable, à l'occasion du forum de Hammamet, au travers des résultats obtenus qui ont dépassé toutes les prévisions.


Cette manifestation, qui a été marquée par des activités en marge telles que l'exposition technologique à laquelle ont pris part de 1500 exposants venus de 67 pays du Monde arabe, d'Afrique, d'Europe, d'Asie et d'Amérique. Cette manifestation s'est distinguée par le haut niveau des participants, ministres, hauts responsables d'organisations internationales et décideurs de plus de 180 entreprises de renommée internationale.


Les entreprises ont réussi à la faveur de cette manifestation, de nouer des contacts d'affaires, de conclure des contrats, notamment entre entreprises tunisiennes et entreprises étrangères, dont plusieurs d'entre elles ont exprimé la volonté de s'implanter et d'investir en Tunisie.


Ce forum a permis de faire le bilan du degré d'exécution des recommandations et décisions du dernier sommet mondial sur la société de l'information (SMSI) connu sous l'appellation «l'engagement de Tunis» à travers lequel la communauté internationale s'est engagé à combler le fossé numérique et à utiliser au mieux, à cette fin, «l'agenda de Tunis pour la société de l'information» qui a pour objectif majeur de faciliter l'accès aux réseaux des TIC, sans entrave et sans exclusion.


Le premier ministre tunisien, Mr Mohamed Ghannouchi, a d'ailleurs souligné à l'ouverture des travaux du forum « que le sommet de Tunis s'est distingué par sa dimension mondiale, qui a permis l'émergence d'un consensus autour de la méthodologie à entreprendre en matière de gouvernance de l'Internet, en plus de la sensibilisation des différentes parties participantes quant à la nécessité de combler le fossé numérique, et de restreindre les disparités existantes entre nations en ce domaine ».


Le sommet de Tunis a également permis l'élaboration d'approches permettant un accès plus équitable au savoir et à la connaissance pour l'ensemble des peuples (particulièrement pour les peuples d'Afrique) et la concrétisation de ce processus au niveau de la communauté internationale, dans le cadre d'un échéancier qui se prolongera jusqu'en 2015.


La Tunisie vit depuis quelques années, grâce à une ferme volonté politique, un dynamisme accru en matière des TIC, dont le développement s'est accéléré grâce à la sollicitude constante dont le président Ben Ali entoure ce secteur. Une politique tunisienne qui s'inscrit dans le cadre d'une stratégie globale, aux objectifs ambitieux.


Le secteur contribue à hauteur de 10% au Produit intérieur brut alors qu'il était de l'ordre de 7% il y a seulement trois ans. Il réalise actuellement un taux de croissance à deux chiffres et même une croissance à trois chiffres dans plusieurs domaines.


Les indicateurs enregistrés par la Tunisie dans ce domaine constituent des preuves édifiantes du niveau de croissance atteint par ce secteur, avec un nombre d'utilisateurs du réseau Internet augmentant à plus de 100% au cours des deux dernières années avec près de 2,4 millions d'utilisateurs sur le réseau et un rapport de l'ordre de 23,2 d'utilisateurs pour 100 habitants.


La Tunisie a, également, connu un flux significatif d'investissements étrangers perceptible à travers la multiplication des créations d'entreprises, une intensification de l'activité, notamment au travers des centres d'appels à haut niveau d'employabilité dont le nombre a plus que doublé pour atteindre les 200 centres au cours de l'année 2008, et la création de 17 000 emplois au profit des diplômés du supérieur contre 5200 emplois, 3 ans auparavant.


La priorité dans ce domaine a été accordée aux régions intérieures du pays dans le but de promouvoir le développement régional et de réaliser une distribution équitable des fruits de la croissance entre l'ensemble des régions.


Les différentes régions du pays ont bénéficié de la création d'un centre de travail à distance, en considération de son rôle en tant que pôle d'innovation, d'exportation de l'intelligence, et de création d'entreprises.


Des nouveaux centres sont en cours de construction dans les régions de Tozeur, de Tataouine, Medenine, Zaghouan, Kebili, Béja, Jendouba, Sidi Bouzid. Les travaux seront finalisés au cours de l'année 2009, renforçant ainsi les centres déjà existants dans les régions du Kef, de Gafsa, de Siliana, de Kasserine, de Monastir, de Kairouan et de Sousse.


Ces résultats n'ont pu être obtenus que grâce aux efforts déployés par les autorités de tutelle grâce à la mise en place d'un cadre législatif favorable, le développement de l'infrastructure des télécommunications et la disponibilité de l'Internet haut débit.


Ce secteur est devenu le moteur d'une stratégie de diffusion du savoir et de l'amélioration du climat de l'investissement dans le secteur des TIC. L'infrastructure des télécommunications a d'ailleurs connu un développement notable avec le quadruplement du haut débit Internet, au cours de cette année, pour atteindre les 8,57 gigabytes par seconde grâce à la mise en place d'un réseau de fibres optiques sur près de 9000 km couvrant l'ensemble des villes côtières et intérieures du pays.


Un programme de raccordement des grandes zones industrielles et des zones de services dans 54 régions, par fibres optiques, a été mis en place, dans le but de fournir le haut débit à plus de 1600 entreprises implantées dans ces zones dans une première étape.


La sollicitude dont bénéficie le secteur des TIC en Tunisie et les efforts continus pour améliorer le climat des affaires et de l'investissement, a suscité l'intérêt de plusieurs grandes multinationales qui ont choisi de s'implanter en Tunisie en vue d'y exercer des activités off-shore en s'appuyant sur les compétences nationales. Selon le premier ministre tunisien, cela devrait inciter le pays, à mettre en place un programme ambitieux en vue de renforcer la position de la Tunisie et de soutenir les produits et services technologies destinés à l'export.


Ce programme permettra la mise en place de nouveaux espaces technologiques couvrant plus de 100 ha qui accueilleront les entreprises et les investisseurs tout en leur accordant les meilleurs services à l'instar du pôle technologique de la Ghazela qui accueille 68 entreprises employant plus de 1500 ingénieurs et cadres.


La Tunisie accorde dans ce cadre une grande importance à la formation des compétences nationales, par la proportion et l'appui apporté aux filières d'avenir. A travers l'ensemble de ces efforts, la Tunisie aura concrétisé ainsi son ambition de faciliter l'accès des différentes couches sociales aux réseaux des TIC, de combler le fossé numérique entre régions et catégories sociales, et ce en prévision de l'instauration d'une démocratie du savoir.


Source TAP, le 29-12-2008.


Repost 0